Désintox (toxique ?) : un bouclier, un casseur et des questions

Désintox (toxique ?) : un bouclier, un casseur et des questions

J’ai publié un peu vite la photo ci-dessus en assimilant les deux personnages de gauche à des membres des forces de l’ordre en regard de leur bouclier estampillé “gendarmerie”. Vérification faite, le bouclier aurait été récupéré par terre. Mais cela n’empêche pas les questions :

1/ Quelqu’un pour nous dire comment des olibrius cagoulés et vêtus de sombre peuvent brandir un bouclier de gendarmerie sans que les forces de l’ordre présentes en nombre ce jour-là ne leur foncent dessus pour récupérer l’objet ?

2/ Quelqu’un pour nous dire comment aucun gilet jaune enfoui au fond d’un sac n’est passé aux contrôles, quand le type de droite peut se balader avec un pied-de-biche ou “l’arme par destination” d’un mètre de long qui en tient lieu?

3/ DERNIÈRE MINUTE : que fait ce même individu en train de décharger des palettes sur un camion de la mairie de Paris (volé lui aussi, sans doute) ? Un casseur que tout le monde voit partout… mais pas la police !

Et puis, rappel, il y a ça aussi (on prendra cependant soin de distinguer les casseurs sans motivations politiques et les véritables black blocs qui en ont une):

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.