Une initiative malheureuse : on ne demande pas audience à un prédateur

Une initiative malheureuse : on ne demande pas audience à un prédateur

Je ne jetterai pas la pierre à Priscillia Ludosky, Jérôme Rodrigues et aux deux autres Gilets jaunes pour la demande de rencontre qu’ils viennent d’adresser à « Monsieur le Président de la République ». Ceux-là ont trop donné pour le combat des GJ. Mais leur démarche me paraît tout à la fois inappropriée, préjudiciable, un aveu de faiblesse.

On n’en appelle pas à l’attention d’un « sale gars » qui méprise ses citoyens, mutile ses opposants et qui surtout n’a nulle intention d’accorder satisfaction à la moindre de vos revendications.

Le chef d’une bande de naufrageurs

On ne demande pas audience au chef d’une bande de voyous en train de dépouiller, de démanteler et de couvrir de honte leur pays. Ce pays est en train de sombrer et vous demandez audience à son naufrageur ?

Les prédateurs, on les chasse avant qu’il ne soit trop tard

On ne demande pas audience à des prédateurs en train de conduire leur pays à une guerre civile, on les chasse ! Avant qu’il ne soit trop tard. Par tous les moyens.


EDIT – On me souffle que la démarche de Priscillia Ludosky et Jérôme Rodrigues relèverait d’une stratégie pour faire tomber Macron dans le piège d’un refus. Mais que vient donc  faire une telle petite démarche politicienne, stérile à coup sûr, dans le cadre d’un mouvement citoyen comme celui des Gilets jaunes ? Quand à vouloir « lui donner une dernière chance de nous écouter », c’est de la naïveté.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.