Ce plaisir indicible de voir nos ennemis s’affoler et crier

Ce plaisir indicible de voir nos ennemis s’affoler et crier

La déclaration de Ségolène Royal appelant à une répression « rapide » contre Extinction rébellion a déclenché un torrent d’indignation. Je ne comprends pas. C’est une grande satisfaction qui aurait dû au contraire être de mise.

Les Gilets jaunes, après avoir été reçus sur les plateau télé par une éditocratie médusée, se sont vus ostracisés quand ils ont commencé à ajouter des exigences politiques à leurs revendication sur les taxes.

Après avoir tenté par tous les moyens de récupérer Greta Thundberg, l’oligarchie s’est mise à aboyer quand elle s’est rendue compte que la petite avait des dents et savait s’en servir. Et, pire à leurs yeux, s’en servir politiquement.

Ségolène Royal, l’éditocratie des médias mainstream, l’oligarchie des riches font clairement partie de la meute des connards. Nos ennemis. Ceux-là mêmes que nous voulons aujourd’hui terrasser.

Or dites-vous que lorsque vos ennemis commencent à vouloir vous réprimer, lorsqu’ils vous interdisent leurs plateaux télé et essaient de vous déchiqueter, c’est qu’ils prennent peur et que vous êtes dans la bonne voie. Le temps n’est plus aux lamentations et aux indignations, mais d’amplifier notre petit avantage en leur rentrant dedans. Et de nous en réjouir.

La preuve par l’exemple avec le Stagirite pour Le Média :

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.