#NuitDebout : le 28 avril les manifestants marchaient avec les « casseurs »

Photo : D. Faget/AFP<< Sous les pavés, la liberté >> : une banderole le 28 avril 2016 à Paris

Voici un témoignage détonnant sur les « violences » du 28 avril 2016. Il émane du vidéaste Sami Battikh et a été sélectionné par L’Obs. Selon Sami Battikh, présent dans le défilé parisien, il y avait deux groupes de manifestants : le groupe des syndicats et la foule des anonymes. Or, dit Sami Battikh, ces derniers marchaient aux côtés des « casseurs »


Manifestation à Paris : des « casseurs » ? Oui, mais ils n’étaient pas assoiffés de sang

Que l’on prenne les chiffres de la préfecture ou ceux des syndicats, la journée du 28 avril a clairement moins rassemblé dans les rues parisiennes que les mobilisations précédentes.

En revanche, ces chiffres ne permettent pas de saisir une autre réalité : la forte mobilisation des anonymes, des sans étiquettes.

Il y avait des « casseurs », mais la foule les soutenait

En effet, le contraste était saisissant face au cortège syndical, clairement dégarni et visible uniquement grâce aux innombrables ballons publicitaires, camions, sonos et autres folklores syndicalistes.

Cinquante mètres plus loin, quelques milliers de personnes constituent un autre cortège, sans banderoles de partis ou de syndicats. Des jeunes présents dans les manifs étudiantes et lycéennes, des membres de Nuit Debout, des intermittents, des autonomes, des anarchistes…

Dans cette foule, une centaine de cagoulés, clairement là pour aller à l’affrontement. Mais contrairement aux idées répandues un peu partout, ces « casseurs » ne se sont pas insérés dans la manifestation. Ils n’ont pas profité de cette foule pour s’y glisser et s’y cacher. Non, ils étaient présents et bien visibles avant le début de la marche.

Et des milliers de personnes ont d’eux-mêmes décidé de marcher à leur côté. Ces milliers de personnes n’ont pas jeté de pavés sur les CRS, mais ils ont accompagné ceux qui les jetaient et les ont aidés (par leurs chants, par leur présence, par des mains tendues lorsqu’une personne était à terre, par des bouteilles d’eau offertes).

Ils ne sont pas des assoiffés de sang

C’est quelque chose de nouveau et d’encore fragile. Mais ces dernières semaines de manifestations, d’occupations, d’actions coup de poing ont fait grossir les rangs de ceux qui estiment que la lutte ne doit plus se faire de façon consensuelle avec des accords préalables avec la préfecture, avec le gouvernement.

Ces personnes ne sont pas des assoiffés de sang. À les voir dans le cortège autonome, on pourrait les croiser dans n’importe quelle manif étudiante ou sur la place de la République.

Dès le début de la manifestation, on sent qu’il se passe quelque chose. Ce cortège d’anonymes ne plaît pas aux syndicats. Usant du même argumentaire que le gouvernement et les forces de l’ordre (« casseurs, sauvages »), les syndicats refusent d’avancer tant que ce cortège de tête ne sera pas à distance « respectable ».

Les syndicats ont senti qu’ils perdaient le contrôle

En fin de journée, les violents heurts avec les CRS leur permettront de légitimer cette position, très loin de la convergence des luttes. Le discours semble imparable :

<< Nous n’allons pas nous associer à des assoiffés de violence et risquer que nos sympathisants se retrouvent dans des échauffourées. >>

La réalité est tout autre : ce qui ne plaît pas aux syndicats (tout comme au gouvernement), c’est qu’émerge une force contestatrice non contrôlée, non contrôlable, et qui estime que la lutte doit prendre une forme physique (occupation, blocage, sabotage, destruction).

La stratégie des syndicats est exactement la même que celle des autorités : faire en sorte que le moins possible de personnes décident de rejoindre ces dangereux casseurs. Les syndicats sentent qu’ils perdent le contrôle des luttes sociales, qu’ils ne sont ni à l’initiative ni au cœur des combats du moment. Le gouvernement, lui, sait qu’il pourra difficilement contenir un mouvement prêt à en découdre s’il compte des milliers de personnes dans ses rangs.

La violence des CRS était difficilement justifiable

Lorsque le cortège est arrivé à Austerlitz, plusieurs dizaines de manifestants ont désossé la rue de ses pavés. Ils ont attendu d’avoir assez de munitions pour les lancer, en même temps, sur les forces de l’ordre. Les CRS ont « logiquement » répliqué. Sauf que cette réplique a été d’une ampleur et d’une violence difficilement justifiable.

Alors que quelques lacrymo aurait suffi à disperser la foule, ils ont décidé de totalement inonder le quartier de gaz lacrymogène. Un déferlement qui en est devenu dangereux physiquement.

J’ai vu des personnes s’évanouir et être transportées d’urgence par d’autres manifestants. Il ne s’agissait plus de faire pleurer et tousser pour disperser. Il s’agissait de faire mal physiquement. Et au plus grand nombre de présent dans ce cortège.

Car ces personnes évanouies n’étaient pas celles cagoulées et lançant les pavés, mais bien ces fameux anonymes du cortège autonome. Les manifestants en première ligne qui ont lancé les pavés étaient, eux, équipés (casque, masque à gaz, lunettes…) et parés à recevoir ces gaz.

L’objectif de cette réplique ultra violente est donc bien de dissuader les manifestants à être solidaires des éléments les plus violents du cortège. Par la peur, les empêcher de revenir grossir le rang des anonymes et des radicaux lors des prochains rassemblements.

Au-delà du maintien de l’ordre

La même mécanique s’est mise en place quelques heures plus tard à République, lorsque les forces de l’ordre ont décidé de vider la place et d’empêcher toute personne d’y passer la nuit. Cela s’est fait de façon ultra violente avec des passages à tabac sans aucune distinction.

La question n’est pas de juger les choix de chaque manifestant. Celui qui décide de lancer une pierre sur une vitrine ou sur un CRS le fait en connaissance de cause. S’il est arrêté et jugé pour son acte, cela fait partie du jeu. Pareil, lorsque les forces de l’ordre dispersent des manifestants après avoir reçu des projectiles, c’est dans la logique des choses.

Ce qui pose ici problème, c’est lorsque la préfecture et le gouvernement demandent aux forces de l’ordre d’aller au-delà de l’objectif du maintien de l’ordre et usent volontairement d’une violence excessive et aveugle dans un but politique : casser le mouvement. Ou plutôt casser et annihiler la partie du mouvement qu’il ne pourra jamais contrôler. Celle qui se passe des partis et des syndicats pour protester et lutter.

Cette contestation aura fait émerger la graine de la révolte

Personne ne sait comment évoluera le mouvement dans les prochaines semaines. Il n’y a d’ailleurs pas « un » mouvement, mais des multiples forces qui se mettent en branle. Des convergences se créent. Des divergences aussi.

Les lignes sont en train de bouger de façon non-visible, mais profondes. Cela inquiète aussi bien les dirigeants (politiques, économiques et médiatiques) du pays que les forces d’oppositions traditionnelles. La force du mouvement en est aussi sa faiblesse : incontrôlable, insaisissable et imprévisible.

La façon dont le gouvernement tente de le contenir est indigne des valeurs de la gauche et pourrait se révéler contre-productif pour lui.

Qu’importe comment finira cette contestation, elle aura eu le mérite de faire émerger dans le cœur de nombreuses personnes la graine de la révolte et d’une lutte radicale.

=> Source : L’Obs

A propos de Pierrick Tillet 3645 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.