Un tsunami financier à nos portes… et les Gilets jaunes n’y sont pour rien

Un tsunami financier à nos portes… et les Gilets jaunes n’y sont pour rien

Quand les “barbares” se ruent sur les empires finissants, ils peuvent compter sur un allié de poids : le délabrement des maîtres d’empire en leur forteresse lézardée. Tu le sens le tsunami financier qui vient, tu le sens ?

Les 17, 18 et 19 septembre, la Fed (banque fédérale américaine) a été contrainte d’injecter en urgence 203 milliards de dollars (53 le premier jour et deux fois 75 les deux jours suivants) dans un marché monétaire en panne sévère de liquidités. Et toujours en demande malgré ça.

Les maîtres d’empire ne comprennent toujours rien à ce qui leur arrive

Ça ne vous rappelle rien ? Exactement le même scénario qu’avant le crash de 2008. Sauf qu’aujourd’hui, la situation de l’empire est bien plus critique. Les bulles se sont multipliées jusqu’à grossir démesurément (celle de la dette, par exemple). Malgré des replâtrages désespérées depuis 11 ans pour donner l’illusion d’une reprise fantomatique, la récession est de retour (en Allemagne, notamment). Les riches en panique PAIENT pour planquer leurs magots (les taux d’intérêt négatifs). Et déjà la Fed annonce pour novembre un énième QE (quantitative easing), ces injections aussi massives que précipitées de monnaie pour tenir une économie moribonde sous perfusion – faut-il rappeler que les précédents QE ne servirent strictement à rien d’autre qu’à gagner un peu de temps sur le trépas ?

Il y a quelque chose de pas nouveau non plus dans la tourmente qui s’annonce : les maîtres du monde, impuissants, ne comprennent toujours rien à ce qui leur arrive et se perdent en conjectures oiseuses tandis que s’approche le tourbillon qui va finir par les emporter.

Et si ce nouveau tsunami financier était le mur de Berlin du capitalisme occidental ?

Dans les années qui précédèrent la chute du mur de Berlin, des soulèvements populaires, de plus en plus pressants, éclatèrent dans les pays satellites de l’URSS, en Allemagne de l’est, en Hongrie, en Tchécoslovaquie… Les Gilets jaunes de l’époque soviétique ?

Le mur de Berlin, dit « de la honte », est tombé le 9 novembre 1989. Et avec lui, tout l’empire soviétique. Les manifestants s’engouffrèrent dans la brèche. Aujourd’hui, des manifestations de protestations populaires se multiplient au sein de l’empire capitaliste occidental, et pas seulement en France avec les Gilets jaunes. Les Gilets jaunes ne sont évidement pas la cause de la tempête financière qui nous fond dessus. Ils sont la conséquence du délabrement de l’empire.

Mais les “barbares” en gilets jaunes peuvent compter sur l’effondrement de ce pilier du système comme d’une véritable aubaine pour reprendre une place qui leur est due. Et si ce nouveau tsunami financier était le mur de Berlin du capitalisme occidental ?

=> Photo : la chute du mur de Berlin en novembre 1989 ; NB : le « Gilet jaune » sur l’image est d’origine, garanti sans photoshopage.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.