Discophage années 70 : souvenir de nuits trépidantes avec les Étoiles

Discophage années 70 : souvenir de nuits trépidantes avec les Étoiles

C’était une époque complètement folle. Dans les années 70. Je fréquentais alors assidument le Discophage Sarava, 46 rue Montagne Sainte-Geneviève, Paris 5ème.

Toutes mes nuits y passaient. Je rentrais à plus d’heure, au lever du jour, dans un état second, avec mon ami Hans Vandermeer – qu’est-il devenu, celui-là ? – qui m’avait entraîné dans ces lieux de perdition.

Quelques infimes petites heures de sommeil agité plus tard, je reprenais mon travail, dans la musique, jusqu’au soir où je retrouvais : Teca et Ricardo, Bettina, Nazaré Pereira… et bien plus souvent encore les Étoiles, ce duo impossible composé de Luiz Antonio (chant et paillettes) et Rolando (chant et guitare).

Je perdis bientôt ce monde nocturne de vue. De bribes en bribes, j’appris que le Discophage avait fermé ses portes dans les années 80, que la vie de Luiz Antonio s’était brutalement arrêtée en 2002.

J’appris aussi que Rolando Faria continuait sa route en solitaire. Son chant s’était fait bouleversant, limite déchirant :

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.