Radio de l’été : l’accordéon hypnotique d’Arnaud « Nano » Méthivier

Arnaud Méthivier

Radio Partageux #07. Où l’on découvre avec Kent un accordéoniste à cajon qui se déchaîne sur la scène. Chaque lundi, pour bien commencer la semaine, on s’en remet une de derrière les fagots tout droit dans les oreilles.

À Paris, dans une petite rue proche de la place de la Bastille, se nichait naguère le café Ailleurs. Avec un concert chaque soir. Les tauliers avaient une sûreté de goût qui en a fait très vite LA salle parisienne pour la découverte des petits nouveaux qui s’essayaient à devenir chanteurs. Ailleurs s’est alors tant fait remarquer que Jean-Louis Foulquié a même donné une carte blanche au café débranché pour la programmation de « la jeune chanson » aux Francofolies de La Rochelle.

C’est au café Ailleurs que j’ai vu Arnaud Méthivier pour la première fois. Qui essayait alors une formule où il chantait, accompagné de son accordéon, avec un gars au trombone à coulisse et un gars au jazz (une batterie dans sa configuration des alentours de 1930). 

Ce n’était pas son premier essai. Arnaud Méthivier a commencé sa vie musicienne comme accordéoniste de musette. À l’âge où d’autres usent leurs culottes en vue du baccalauréat, notre lascar vivait des bals qu’il enchaînait comme un forçat du piano à bretelles. Il reste une trace croquignolette en 45 tours du « play boy de l’accordéon » avec un nœud papillon taille… accordéon. Comme c’est un garçon qui s’ennuie vite, après avoir faite le tour du musette, il s’en est allé vers d’autres horizons.

C’est ainsi qu’il a composé des mélodies pour Kent et l’a accompagné en concert. Voici en vidéo une séquence de 2001. La chanson est un texte de Kent. L’introduction, la mélodie et la longue improvisation finale sur le thème « Les pots cassés » sont d’Arnaud Méthivier.

Souvenir d’un concert en solo dans une grande salle vers 2005. Arnaud Méthivier arrive par le fond et traverse la salle sur un vélo pliant. Pose le vélo et monte sur la scène où l’attend un accordéon. S’assoie sur un cajon. Et c’est parti pour une heure et demie ininterrompue à l’image de ce que tu vas regarder maintenant. À ceci près qu’Arnaud Méthivier est seul. Applaudissements frénétiques. « Une autre ! Une autre ! » demande le public. « Vous voulez que je joue une deuxième chanson ? Mais vous n’avez donc pas de chez vous ? » Le public rigole bien mais insiste pour avoir le supplément qui lui sera accordé.

Arnaud Méthivier, ou Nano, use toujours les planches et on ne peut que t’inciter à ne pas le rater s’il passe à proximité de ton chez toi. Y’a pas que la radio de l’été des blogueurs dans la vie ! Toujours inventif, il aime aujourd’hui mêler les arts plastiques et le cirque à la musique.

A propos de Pierrick Tillet 3817 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.