Le Grand jeu : vers Idlib ?

Le Grand jeu : vers Idlib ?

Le plumage désormais complet des barbus de Khan Cheikhoun a ouvert d’intéressantes perspectives sur la suite de la guerre syrienne. Mais avant de les détailler, un petit retour en arrière n’est peut-être pas inutile…

Khan Cheikhoun était l’une des villes emblématiques de la rébellion djihadiste. C’est là, on s’en souvient, qu’avait eu lieu en avril 2017 le fameux second false flag chimique, macabre farce qui soulevait un certain nombre de questions :

Tout part de ce qui ressemble à un énième false flag barbu : le supposé bombardement chimique par l’aviation syrienne. Comme d’habitude, aucune preuve et aucun temps de réflexion – quel serait donc l’intérêt d’Assad de perpétrer ces attaques en un point non stratégique alors qu’il est en train de gagner la guerre et que l’administration américaine venait de lui donner un blanc-seing ? Ça n’a strictement aucun sens. Que cela soit un false flag assumé ou, comme les Russes l’affirment, un entrepôt d’armes chimiques djihadiste bombardé par un raid, tout cela a furieusement l’air d’un mauvais remake de la Ghouta

Il n’en fallait en tout cas pas plus à tout ce que l’empire compte d’euronouilles soumises, de Folamours, de fondamentalistes et de journalopes pour éructer, adresser force coups de menton et changer l’environnement favorable au 4+1. Aura-ce des conséquences concrètes ?

Une impression cependant. Votre serviteur peut se tromper mais cette assez évidente manipulation n’a pas l’air d’avoir été improvisée.

Cela fait quelques semaines que l’on sent de l’eau dans le gaz entre Ankara et Moscou et l’on a comme l’impression que les Turcs avaient leurs autopsies, leurs rapports à envoyer d’urgence à l’ONU et leurs excuses presque tout prêts. Étant donné que la Turquie avait coutume de fournir les “rebelles” en gaz sarin, la rapidité de ses conclusions n’est peut-être pas pour surprendre…

Pour la première fois depuis bien longtemps, des critiques émanent du régime sultanesque à l’encontre du Kremlin. Il est vrai que le survol de l’espace aérien turc par les Sukhoïs pour bombarder les petits protégés d’Ankara n’avait rien fait pour arranger les choses. Nouvelle rupture en perspective ? Ce serait presque à souhaiter dans un souci de clarification : que les masques tombent !

Israël se réveille également d’un long sommeil et le moins qu’on puisse dire est qu’il eût mieux valu que Tel Aviv restât endormi. Ne craignant visiblement pas le ridicule, Bibi la Terreur affirme qu’Assad a donné l’ordre direct du bombardement, reprenant d’ailleurs la logorrhée de son ministre de la Défense, le polémique Liberman. Des rapports contradictoires font état de frappes mystérieuses dans le sud syrien, près de Deraa, mais tant le Hezbollah que Damas réfutent la chose, ce qui n’est pas dans leur habitude. Dans le doute, quelques S400 ne seraient peut-être pas de trop pour ramener à la raison (définitivement ?) les jets à la nuque raide comme aurait dit le grand Charles…

Toujours est-il que Poutine a sèchement remis Netanyahou à sa place lors d’une conversation téléphonique : « Il est inacceptable de porter des accusations sans fondement. » À Moscou, on sent comme une irritation de voir les bouffons turc et israélien du roi sortir de leur boîte dès qu’on a le dos tourné. Armer le PKK et le Hezbollah devient une option chaque jour plus tentante.

Plus troublantes sont les informations selon lesquelles Washington parrainerait tout cela. Après avoir mis le holà dès l’élection de Trump, la CIA aurait partiellement repris ses livraisons aux coupeurs de tête modérés avant la crise chimique. Peut-être dans la foulée de la visite de Tillerson à Ankara le 30 mars. Ce même T. Rex avertit sans rire que la Russie devrait « repenser son soutien à Assad » tandis que la représentante US à l’ONU déclare qu’en cas de veto russe et chinois, les États-Unis pourraient agir seuls. Rappelons que tout ceci intervient quelques jours après que tout ce beau monde ait déclaré qu’Assad ne devait plus partir…

Par quelle mouche l’administration Trump a-t-elle donc été piquée ? Le poisson pourrit par la tête, dit-on, et le Donald ne fait rien pour faire mentir cette maxime. Témoin, son discours pour le moins crétin d’hier dont il restera désormais prisonnier. Il en remet une couche aujourd’hui, confiant à des membres du Congrès qu’il considère maintenant une action militaire en Syrie ! Comment peut-il ne pas voir qu’il s’agit selon toute probabilité d’un false flag ? A-t-il été croqué par le Deep State ? Le débarquement de Bannon du Conseil de la Sécurité nationale hier entre-t-il dans le cadre ce revirement étourdissant ? Ou bien joue-t-il un périlleux coup de poker pour se distinguer publiquement des Russes au moment où il marque des points contre la clique néo-con autour d’Obama. Pour une fois, votre serviteur est sans réponse et l’avoue humblement…

Et à l’instant, Erdogan vient d’offrir son soutien en cas d’intervention américaine (cette “trahison” ne passera évidemment pas inaperçue du côté de Moscou). Les rebondissements affluent d’heure en heure, bouleversant la fragile construction internationale qui se mettait en place depuis trois mois. Heures exaltantes, dangereuses aussi…

Les jours suivants, la planète hors MSN s’interrogeait sur la vraie-fausse frappe américaine : false flag au carré ou conversion de Donaldinho au Deep State ? On s’en souvient, nos billets d’alors avaient entraîné une kyrielle de commentaires sous-pesant les différentes hypothèses.

Encore un verrou rebelle qui saute ?

Au-delà du jeu des grandes puissances et des puérilités chimiques barbues, Khan Cheikhoun était le verrou de l’Idlibistan et un éperon menaçant directement Hama, ville centrale de la Syrie utile :

On mesure aisément l’importance de la réduction de ce saillant par l’armée loyaliste, dont la reconquête, difficile et tâtonnante au début des opérations en juillet, fulgurante au final, est bien résumée sur cette animation :

Hama est maintenant définitivement sécurisée tandis que le moral des rebelles modérément modérés en a pris un (très) sérieux coup. Il se murmure d’ailleurs que Jaysh al-Izza, groupe qui avait bénéficié pendant longtemps des largesses de la CIA en missiles anti-tanks TOW, est en voie de dissolution après avoir perdu un nombre considérable de combattants et la plupart de son matériel de guerre.

Surtout, la reconquête de Khan Cheikhoun pourrait ouvrir la voie à une offensive plus générale et la réduction d’un autre saillant, plus vaste, centré sur Ma’arat al Numan :

Que cette protubérance soit liquidée et c’est Idlib elle-même, capitale djihadiste entre toutes, qui serait directement sous les feux de l’actualité et, plus prosaïquement, des tirs loyalistes. Quel retournement de situation en quelques mois…

Nous n’en sommes pas encore là, mais ce scénario pourrait bien être dans les tuyaux si l’on en croit l’activité de l’aviation syro-russe qui, sans répit, arrose copieusement la zone.

=> Source : Le Grand jeu (intertitre : Pierrick Tillet)

L'observateur des soubresauts géopolitiques mondiaux, au Moyen-Orient et ailleurs.