Gilets jaunes acte 39 : le travail de sape continue, les flics s’énervent

Gilets jaunes acte 39 : le travail de sape continue, les flics s’énervent

Qui aurait parié que les Gilets jaunes seraient encore là après 39 semaines de soulèvement, en pleine période estivale, juste avant un week-end prolongé du 15 août ? Même pas eux, sans doute. Et pourtant, « même si Macron ne veut pas », ils étaient toujours là.

Ils étaient bien là, à Nantes [photo d’en-tête], à Paris, à Toulouse, sur des péages une nouvelle fois rendus à la gratuité, comme celui de Chignin (Savoie 73) :

Les flics cognèrent bien sûr, firent une nouvelle fois leur lot de blessés – que savent donc faire d’autre ces pauvres bêtes de somme tout juste capables d’obéir à des ordres ineptes ? Mais les bêtes de somme avaient cette fois totalement perdu leur ascendant psychologique face à une foule d’émeutiers qui leur intimaient l’ordre de se calmer :

L’acte 39 a parfaitement illustré le changement de stratégie des Gilets jaunes. Finies les grandes manifestations massives de protestations qui n’aboutissent à rien. Bienvenue au travail de sape et d’usure visant à précipiter la destruction d’un système pourri dont il ne reste rien, absolument rien à attendre. « Essoufflement », disaient-ils ?

Post-scriptum : d’autres signes tangibles montrent l’extrême fébrilité du pouvoir. Faire donner ses médias pour redorer le blason du couple présidentiel au motif que celui-ci s’est contenté d’une soirée pizzas à 27 euros (par personne) fleure bon le ridicule et la déconfiture.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.