Ce que les attaques contre Greta Thunberg révèlent de ses détracteurs

Ce que les attaques contre Greta Thunberg révèlent de ses détracteurs

D’abord une chose : la personne de Greta Thundberg m’indiffère en elle-même. C’est juste une jeune ado de 16 ans, atteinte du syndrome d’Asperger, et qui s’est mise en tête de pourfendre les saccageurs de planète et de climat. Comme beaucoup.

Mais les attaques féroces, excessives, et pour tout dire un brin douteuses dont elle est l’objet, m’interpellent en ce qu’elles révèlent du comportement et des réactions de ses détracteurs., c’est-à-dire une bonne partie d’entre nous.

Comme on le fit il y a quelques temps pour dénigrer Pierre Rahbi, ces attaques ne se concentrent pas sur Greta Thunberg elle-même, ni sur son action, ni sur ses propos, mais sur son entourage et les intentions malveillantes supposées de ce dernier.

Et toujours comme pour Pierre Rahbi, les détracteurs se sentent dans ce cas d’espèce obligés d’en faire des tonnes pour paraître (pensent-ils) sérieux, incontestables et implacables. Le site Entelekheia – il est loin d’être le seul ! – est en train de publier une enquête à charge en 6 parties (!) d’une certaine Cory Morningstar qui n’est pas sans rappeler le pensum de Jean-Baptiste Malet sur le fondateur des Colibris.

Dès les premiers paragraphes, vous avez compris ! Voici un extrait à titre d’exemple (j’ai surligné en gras les évidentes boursouflures) :

« Quand on contemple le complexe industriel à but non lucratif, on doit le considérer comme l’armée la plus puissante du monde. Recrutant des milliards d’employés, tous interconnectés, les campagnes d’aujourd’hui,  financées par nos oligarques au pouvoir, peuvent devenir virales en l’espace de quelques heures par le simple fait que leurs directions imbriquées travaillent ensemble dans un but commun : inculquer des pensées et opinions uniformes, qui créent progressivement l’idéologie souhaitée. »

Maîtres et moutons de Panurge du système rageant contre un mouton noir

Si ça n’est pas du complotisme, ça ! La question qui vient à l’esprit est pourquoi cette charge, et à ce moment-là, contre une jeune fille de 16 ans ? Greta Thunberg est-elle le problème le plus crucial de l’époque ? En bref, à qui profite le crime, je veux dire celui commis contre Greta Thunberg par des puissants malintentionnés ou des moutons de Panurge soumis et aigris ? Je m’explique.

On remarquera d’abord que ces attaques s’intensifient au moment où Greta Thundberg s’apprête à intervenir sur notre sol, devant les parlementaires français dont certains s’inquiètent tant de ce que la sorcière pourrait dire qu’ils préfèrent boycotter son intervention (tout comme les représentants Occidentaux désertèrent les travées de l’ONU quand les démons iraniens, irakiens ou syriens s’y exprimaient). Quelle aubaine que ce démolissage en règle pour les climato-sceptiques, d’ailleurs moins climato-sceptiques que défenseurs acharnés du système dénoncé par Greta Thunberg.

Bien sûr, on ne niera pas que les pires capitalistes sont prompts à exploiter un phénomène comme la jeune suédoise (ou l’agriculteur algérien) pour tenter de la retourner en leur faveur, ou pour se donner bonne conscience à bon compte en l’exhibant. Mais cela n’entache en rien Greta Thunderg elle-même, ni l’action qu’elle mène contre le désastre climatique. Qu’on me cite un seul propos condamnable ou simplement douteux prononcé par Greta Thunberg sur ce sujet.

Plus désolant, la façon dont certaines personnes, qu’on pensait plutôt proches de nos idées, s’emparent de ces accusations et multiplient avec une rage sidérante les éléments de langage qu’on leur a obligeamment tendus. Désolant, mais guère étonnant quand on sait le réflexe mouton de Panurge des groupes humains, incapables de s’affranchir des consignes de leurs maîtres, prompts à fondre sur les moutons noirs du troupeau par soumission à leurs bergers, incapables de supporter ce qui les met face à leur impuissance, leur inutilité. Remarquez, dans la citation ci-dessus comme est admise, assénée la supériorité de ces maîtres  : « l’armée la plus puissante du monde » et ses « milliards  d’employés tous interconnectés », capable de lancer des campagnes « virales en quelques heures » pour « inculquer des pensées et opinions uniformes, qui créent progressivement l’idéologie souhaitée ». Rien moins !

Désolant, peu étonnant, mais finalement pas si désespérant dès lors que l’on admet que les révolutions ne viennent que de minorités agissantes composées des rares moutons noirs (comme Greta Thunberg ?), dressées contre les gardiens de troupeaux hypocrites et leurs moutons de Panurge bêlant ou ronchonnant pour le principe, mais soumis.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.