La loi contre la haine sur Internet : ça ou pisser dans un violon…

La loi contre la haine sur Internet : ça ou pisser dans un violon…

Vous vous rappelez la loi Hadopi contre le téléchargement illégal ? Eh bien, la loi contre la haine sur Internet, c’est pareil : un garde-fou répressif dérisoire voté dans la précipitation par un pouvoir aux abois. Plus une autorité se sent menacée – surtout d’ailleurs quand elle est victime de sa propre décomposition – et plus elle s’entoure d’une barrière de lois répressives plus vaines les unes que les autres.

Tout comme Hadopi ne fit jamais refluer le téléchargement prétendument illégal, la loi contre les manifestations ou ce dernier avatar contre la haine sur Internet n’empêcheront ni les manifestations, ni l’expression de la colère populaire grandissante contre les cinglés aux manettes de l’État. Les réseaux sociaux vont continuer à leur tailler des croupières, qu’ils le veuillent ou non, avec ou sans leurs lois à la con !

À trop pousser le bouchon…

Plutôt que de s’en formaliser, on devrait presque se réjouir que des « pointures » comme de Rugy, Schiappa, Ndaye [porte-parole de l’Élysée, ndlr], Philippe ou Macron se sentent contraints de recourir à des extrémités aussi ridicules pour se protéger. Évidemment ces lois ne les protègent contre rien, surtout pas contre leur bêtise autodestructrice.

Mieux vaut au contraire prendre le parti de cette opposition de plus en plus frontale et brutale entre une population de plus en plus excédée et un régime déliquescent qui n’a plus que des homards géants et des agapes obscènes pour parader.

Vous pouvez même être sûr que les assiégés des hautes sphères vont encore plus renforcer leur arsenal répressif à mesure qu’ils perdront pied. Ils devraient se méfier. À trop pousser le bouchon, ils vont finir comme les homards de de Rugy.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.