Le smic en Bitcoin, il est à combien ? Oh purée…

En période de crise, quand les monnaies officielles filent hiberner loin de l’économie réelle, une pléiade de petites monnaies locales complémentaires tentent de boucher les trous. Mais quid quand la monnaie locale est carrément planétaire ? Le Bitcoin. Ok, on en a déjà parlé, mais là l’intrus frise l’insolence.

Le Bitcoin, kézako ? Une monnaie électronique qui circule sur le réseau Internet. Je ne m’étends pas trop sur la question technique. Les pointilleux et les bricolos qui ne peuvent s’empêcher de regarder sous le capot iront voir sur les sites spécialisés et chez les aficionados, le soldat Ploum par exemple. Disons seulement que :

  • le Bitcoin fonctionne sur un principe entièrement mathématique ;
  • le nombre d’unités Bitcoin en circulation ne peut mathématiquement excéder 21 millions (dur dur pour les planches à billets, mais notre monnaie peut se diviser en dixième, centième, millième…) ;
  • il a une valeur (fluctuante) attribuée reconnue et commence à être accepté comme moyen de paiement ;
  • régi par une infrastructure entièrement décentralisée, il échappe au contrôle des banques centrales et des États.

Une montée en puissance spectaculaire

Je vois déjà la tête des adeptes du bon vieux bas de laine : le virtuel très peu pour nous ! Le problème, c’est qu’à part leurs quelques piécettes dûment protégées, TOUTES les monnaies d’aujourd’hui sont parfaitement virtuelles et n’existent que comme écritures sur des livres de compte tout aussi électroniques.

Plus aucune devise, roi-dollar compris, qui soit garantie par une contrepartie sonnante et trébuchante en métal précieux comme l’or.

Les fauchés quant à eux hausseront les épaules. Si le Bitcoin est émis selon un code informatique dit « libre », il n’en est pas « gratuit » pour autant. Il a même tendance à voir sa valeur grimper en flèche depuis un an, passant d’une petite dizaine d’euros en janvier à 840,98 euros au 3 décembre.

evolution_cours_bitcoin_1an.png
Evolution du cours du bitcoin sur un an (en euro)

Crise de croissance ?

Les pointilleux pointeront une évolution un brin inquiétante en dents de scie. Si le Bitcoin échappe à l’emprise des autorités monétaires et politiques, il pourrait bien faire les choux gras des spéculateurs en tout genre.

Là-dessus, les avis divergent. Le soldat Ploum, partisan déclaré de la décentralisation sauvage, n’y voit qu’une crise de croissance un peu chaotique mais passagère << qui ne reflète en rien la valeur à long-terme du bitcoin >>.

Paul Jorion est beaucoup plus sceptique :

<< Le Bitcoin est une proie toute désignée pour les bandits qui la hackeront, qui la manipuleront à la hausse ou à la baisse par rapport aux autres devises, qui l’utiliseront pour recycler de l’argent sale. Sans police pour assurer les arrières, on pousse la confiance vraiment très loin. >>

Cette monnaie virtuelle ne flirte-t-elle pas trop avec l’individualisme sévère de l’École autrichienne d’économie ? Le problème du vieux système actuel vient-il du contrôle des monnaies par les autorités financières ou du manque de contrôle démocratique sur lesdites autorités ? Quid de la répartition des quelques 12 millions de Bitcoins en circulation (sur 21) ?

Le pouvoir insolent d’Internet

Ne tranchons pas ici ce débat qui opposent geeks et prudents aux pieds sur terre. Mais constatons tout de même, qu’au contraire de l’eusko basque ou la luciole ardéchoise, notre Bitcoin commence à sérieusement indisposer les autorités politiques et financières autorisées.

Au point qu’un Obama ne sait plus à quelle Fed se vouer pour en enrayer la menace. Et que David Janczewski, chef de la Monnaie royale britannique, ne s’opposerait plus à ce qu’on batte quelques pièces de Bitcoin pour voir.

Le Bitcoin consacre de fait le pouvoir insolent de l’Internet face aux puissances en place. Et pourquoi ne pas imaginer que le Bitcoin fasse des émules identiques ? Qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, le Bitcoin est de ce point de vue une révolution inédite dans la crise qui secoue le vieux monde.

Mais comme toute révolution bardée d’incertitudes clôturant les périodes de chaos, on ne sait trop encore ce qu’au final celle-ci donnera à manger ou à recracher.

Au fait, le smic mensuel, il est à combien en Bitcoins ? 1,84 et des patates, au cours du 5 décembre 2013 (1 Bitcoin = 776 euros). Oh purée, minable ! Hollande, Ayrault, Sapin, faudrait voir à sérieusement lui envisager un sacré coup de pouce sur vos claviers.

A propos de Pierrick Tillet 3661 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.