Gilets jaunes acte 32 : le coup gagnant du changement de stratégie

Gilets jaunes acte 32 : le coup gagnant du changement de stratégie

Bien plus que le regain de participation, c’est le changement de stratégie des Gilets jaunes qui aura marqué lors de l’acte 32 du 22 juin. Un coup gagnant.

Plus de 60 péages bloqués, pardon ouverts à la circulation gratuite, souvent de longues heures durant, des stations essence et des grandes surfaces perturbées en plus des ronds-points repris et des manifestations traditionnelles…

À ces manifestations du samedi ont donc succédé des actions coups de poing bien plus difficiles à maîtriser par les forces de l’ordre et les autorités, comme s’en est rendu compte le sous-préfet de l’Oise proprement viré du péage de Senlis par des GJ goguenards :

Quand le malaise change de camp

Le Télégramme du 23/06/2019

Mais pour quel gain, maugréeront les ronchons ? Facile, le total des sommes économisées par les automobilistes aux péages rendus gratuits par les GJ est autant de pertes infligées aux sociétés d’autoroute comme Vinci. Que les Gilets jaunes reproduisent l’opération – au moment des gros trafics d’été, par exemple – et vous verrez que les « actionnaires » vont commencer à ruer dans les brancards. Les médias auront beau tenté d’étouffer l’impact de ces actions [ci-contre l’entrefilet misérable du Télégramme de ce dimanche matin qui n’évoque même pas les occupations de péages], le porte-monnaie des rentiers s’en ressentira douloureusement et ça, les rentiers n’aiment pas.

Ce qui étonne, d’ailleurs, c’est que les Gilets jaunes n’aient que rarement pensé à s’en prendre directement aux membres de cette oligarchie parasite (remember les effets uppercut de l’occupation du ministère Griveaux et de la « sérénade » nocturne sous les fenêtres de la ministre Schiappa). Lorsque ça se produira, quand les importants ne pourront plus sortir de chez eux sans se faire marquer à la culotte comme un vulgaire sous-préfet de l’Oise, il se pourrait bien que le malaise change de camp. Ça va venir 🙂

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.