Paul Jorion : « Ce monde passe en mode cataclysmique »

ILLUSTRATION

Excellente intervention de Paul Jorion  vendredi 25 mars sur France Inter à propos de la sortie de son nouvel ouvrage prémonitoire, « Le dernier qui s’en va éteint la lumière » (éditions Fayard).

On sentait que l’interviewer, Patrick Cohen, restait fort dubitatif quand Paul Jorion, tel le Noé du philosophe Günther Änders[1] , annonçait aux auditeurs un nouveau déluge inéluctable pour l’humanité. Sauf, comme l’écrivait Anders/Noé, à se reprendre à temps en << inversant le temps >> avant qu’il ne soit trop tard.

Regardez, écoutez :


Paul Jorion répond aux questions de Patrick Cohen


Paul Jorion répond aux questions des auditeurs de France Inter

Notes:

[1] La parabole de Noé selon Günther Anders : Noé, fatigué de jouer les prophètes de malheur sans que personne ne le prenne au sérieux, s’en fut annoncer le déluge comme acquis aux passants médusés, en les avisant qu’ils étaient eux-mêmes déjà morts. À ceux qui, mi-héberlués mi-incrédules, demandaient quand avait eut lieu un tel drame, Noé répondait : « Demain. Si je suis devant vous, c’est pour inverser le temps, pour que le déluge devienne faux. »

A propos de Pierrick Tillet 3740 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.