Non Jean-Luc Mélenchon, Kerviel est bien coupable, comme la Société générale

Drôle de campagne, entamée par Jean-Luc Mélenchon, qui vise à déculpabiliser le trader Jérôme Kerviel en faisant porter toute la responsabilité de la trouble affaire à son employeur d’alors, la Société générale.

Ce qui se pose, dans cette étrange cas de figure, c’est le degré de responsabilité établi selon une échelle hiérarchique qui veut que la responsabilité d’un acte soit pleinement assumée par son commanditaire.

En réalité, la responsabilité, que dis-je la culpabilité de l’un ou de l’autre, me paraît entièrement partagée. Au nom d’un principe intangible qui veut que chaque individu conscient réponde des actes qu’il commet.

Quant à la bisbille qui oppose les malfaiteurs en train de se renvoyer l’eau fangeuse de leur bain devant les tribunaux, elle est tout à fait secondaire et ne méritait pas une campagne en faveur de l’un ou de l’autre (comparer Kerviel à Dreyfus, tout de même !).

Il est des obéissances coupables

Qui était Jérôme Kerviel ? Un trader ! C’est-à-dire un être qui maniait des milliards en toute connaissance de cause, pour une tâche perverse et parfaitement prédatrice. Et des émoluments indécents. Une activité délictueuse en elle-même.

Oui, M. Mélenchon, Jérôme Kerviel est coupable. Tout comme la Société générale, son employeur. Tout comme le flic qui venait arrêter les juifs pour les envoyer à Drancy sur ordre supérieur. Tout comme la sage ouvrière qui gagne sa vie en fabriquant d’innocentes mines antipersonnelles. Tout comme l’ouvrier consciencieux qui vient couper l’eau ou l’électricité à un ménage dans la mouise.

Alors d’accord, établissons une échelle d’évaluation sur le degré de responsabilité des uns et des autres. D’accord, la Société générale (commanditaire) est plus coupable que Kerviel (exécutant). Mais c’est une erreur à mon sens de disculper l’un pour mieux condamner l’autre.

Une des plus lamentables excuses humaines que je connaisse est de se dédouaner d’un acte commis au prétexte qu’il répondait à un ordre hiérarchique venu d’en haut. Il est aussi des obéissances coupables.

A propos de Pierrick Tillet 3660 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.