Hollande sur TF1 : pas si sympathique, pas si patelin

Je ne regarde jamais les interventions télévisées des responsables politiques, fussent-ils président de la République. Je me contente du « verbatim » de leurs interventions, loin des mises en scène calculées, des cadrages-débordements lourds de significations tordues et des afféteries anesthésiantes de la société du spectacle. Les mots, rien que les mots.

Plus pitoyable, tu meurs !

J’ai lu ceux que François Hollande s’est cru bon de distiller ce soir sur TF1. Oh, misère, ce vide sidéral ! Remarquez bien, aucune annonce concrète pour l’immédiat. Sinon des hausses d’impôts. Et des efforts.  Juste de vagues promesses d’avenir, des reports d’échéances lénifiants, de lamentables dégagements en touche :

  • une inversion des courbes du chômage << d’ici un an >> ;
  • un << agenda du redressement >> sur deux ans (le redressement de la France, ça fait bien plus de trente ans qu’ils nous le garantissent !) ;
  • << je ne vais pas faire en quatre mois ce que mes prédécesseurs n’ont pas fait en cinq ans ou en dix ans ! >>

Et notre Tartarin corrézien de continuer à se déclarer doctement — ça ne mange pas de pain — << en situation de combat >>. Lui qui n’a même pas été fichu de tenir les promesses qu’il avait engagées pour les cent premiers jours de son quinquennat. Plus pitoyable, tu meurs !

Socialisme antisocial

S’il a évoqué les fameux 30 milliards d’économies prévues sur 2013 pour revenir à un déficit budgétaire maxi de 3%, c’est pour en épargner les revenus du capital et pour limiter dans le temps (deux ans maxi) la fameuse fiscalisation des riches à 75 %.

Ensuite combien parie-t-on que ce déficit maxi de 3% ne sera même pas tenu ? Personne ne le tient malgré des engagements mains sur le cœur. Ni les Grecs, ni les Espagnols, ni les Portugais… Rincés qu’ils sont tous. Et que nous serons.

Voulez-vous savoir ce que vont devenir les quelques 30 milliards d’économies du sieur Hollande ? Ils vont aller servilement « monétiser » les créanciers et les banques en déroute. L’économie réelle, elle, attendra. Les déficits continueront à galoper allègrement. Et le social ne sera pas vraiment la priorité du socialiste Hollande.

Finalement, les propos de notre président « utilitaire » par défaut ne sont pas si sympathiques. Et le personnage qui les tient, beaucoup moins patelin et « normal » qu’il voudrait nous le faire croire.

A propos de Pierrick Tillet 3745 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.