Répression : le poisson pourrit par la tête

Répression : le poisson pourrit par la tête

Là, ça commence à sérieusement bien faire !

C’est à la tête qu’il faudra s’en prendre et exiger des comptes

Que certains (le préfet du Doubs à propos de la 2ème vidéo) osent parler, contre l’évidence, d’ « images sorties de leur contexte », d’utilisation de « bâton de défense souple » contre un « suspect » ; que d’autres (le procureur de Nice à propos de la « bavure » commise contre Geneviève Legay le 23 mars) tentent, après avoir nié l’évidence, de faire porter le chapeau à quelques brebis galeuses « isolées », relève des plus infectes saloperies.

Le poisson pourrit par la tête. Et les têtes, ce sont ces hiérarques que je viens d’évoquer : d’infâmes salauds. Et des crétins carabinés s’il pensent vraiment que leurs arguments à la mords-moi-le-nœud vont passer. C’est à la tête qu’il faut s’en prendre. C’est à la tête qu’il faudra exiger de rendre des comptes. Le plus tôt sera le mieux.

=> Photos : Joël Mathurin, préfet du Doubs/Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice
=> Lire aussi sur le yetiblog : Un régime ne meurt jamais sans sauvagerie… mais il meurt

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.