Naufrage : 153 dirigeants de banque quittent le navire

153 cadres dirigeants de la marine bancaire et de la flotte des assurances viennent étrangement de quitter leurs postes aux quatre coins de la planète. Et ce de façon quasi simultanée. Panique à bord ?

La liste complète est détaillée sur le site financier 24hGOLD. Tous les pays sont concernés, des États-Unis à la Chine, en passant par le « Royal Kingdom », l’Espagne le Japon, l’Inde, Israël, l’Afrique du Sud, le Ghana, l’Ukraine, la Russie, le Nicaragua, le Vatican…

Parmi ce carré impressionnant d’officiers évaporés, trois Français :

  • Michel Péretié, ex patron de la banque de financement et d’investissement de la SocGem en décembre 2011 ;
  • Jean-Michel Steg de Blackstone Paris dans les prochains mois ;
  • Daniel Truchi, ex directeur du pôle de banque privée de la Société générale en mars 2012.

Quelle mouche a donc piqué nos officiers ? Quel sournois banc de sable surgi de la brume pour conduire aussi brutalement ces zélées élites à être débarquées (« step down »), à démissionner (« resign »), à prendre la poudre d’escampette (« quit »), à prendre la tangente (« retire ») ?

resignation_fb.jpgCoïncidences ? Mouais, mais alors on est dans le cas de figure du méchant virus épidémique. Au point de faire le buzz dans le monde entier sur Facebook et Google sous l’appellation << Global Mass Resignations >>. Qui a dit qu’en période de Grande crise, il valait mieux s’accrocher à son poste ?

Sans doute chacun de ses hauts cadres a-t-il sa propre raison, sa propre « contrainte extérieure », mais tout de même 153 d’un coup (chiffre non exhaustif), ça fait désordre ! D’autant qu’on ne sait pas trop vers quels nouveaux cieux salvateurs se sont dirigés nos « fuyards ».

Bon, ça y est, j’en vois parmi vous qui montent déjà à l’abordage du naufrage apoplectique. Pas si vite les pirates ! Restons juste aux aguets pour voir dans quel méchant clapotis tanguent leurs erratiques chaloupes[1] .

———-

COMPLÉMENT D’INFO

Le graphique ci-dessous est issu de la base de données EDGAR publié par le Securities Exchange Act (SEC).
hu4f5eed92.jpg
Le SEC exige que les sociétés cotées en bourse indiquent les démissions des membres de leurs Conseils d’administration et de leurs hauts dirigeants (formulaire 8-K, Item 5.02).
Attention, le document ci-dessus ne ventile pas par secteurs industriels. Les données indiquées ne concernent pas les seules banques et compagnies d’assurances.
On note cependant une impressionnante accélération des démissions (volontaires ou non) de grands dirigeants depuis la fin 2011.

Notes :

[1] Voir aussi cette nouvelle : « Malsain et destructeur » : un chef de Goldman Sachs accuse

A propos de Pierrick Tillet 3657 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.