9 mars 2019 : l’acte 17 des « forces de l’ordre »

9 mars 2019 : l’acte 17 des « forces de l’ordre »

Il y a une grosse différence entre une dictature forte et un pouvoir faible qui se dissout : la première utilise ses forces de l’ordre de façon rationnelle, implacable pour asservir son peuple ; dans la seconde, les forces de l’ordre égarées ne se livrent plus qu’à des actions de violence désordonnées, méchantes, inutiles, pathétiques : la violence du désespoir.

« Ne parlez pas de répression et de violences policières, ces mots sont inacceptables dans un État de droit » (Emmanuel Macron).

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.