Les banques européennes à nouveau dans la tourmente

Les banques européennes à nouveau dans la tourmente

En ce début d’après-midi, la BCE annonça une nouvelle série de prêts d’urgence pour les banques européennes. Et que croyez-vous qu’il se passa ? Les actions des banques européennes dévissèrent brutalement.

Chute du cours du Stoxx 600 secteur bancaire jeudi 7 mars à environ 14:30 heure locale.

Déjà, le terme « prêts d’urgence » utilisé par la BCE pour son opération a tout pour alerter. Comment ça, les banques européennes, si arrogantes, si sûres d’elles-mêmes, si puissantes en apparence, auraient besoin d’un soutien « urgent » ?

Vous n’y êtes pas complètement. En réalité, la nervosité des investisseurs ne vient pas de l’annonce alarmante de « prêts urgents »… mais du fait que, selon un analyste financier, Philipp Jaeger, ces investisseurs s’attendaient à encore plus de générosité de la part de la BCE !

Mesurer les faiblesses et la bêtise de l’adversaire

Pourquoi cette urgence ? Eh bien, par ce que l’économie réelle européenne fait de l’inquiétant sur-place et que la BCE, par ces prêts urgents, tente désespérément de relancer la machine. Enfin, c’est ce qu’elle dit. Car vous pouvez parier que les banques n’ont évidemment pas la moindre intention de réinjecter le fric dans la vulgaire économie réelle… et que la BCE le sait pertinemment.

« On lit partout que la BCE soutient l’économie, c’est un abus de langage : c’est le système bancaire qui bénéficie de ses meilleures attentions » (François Leclerc).

Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous raconte ça, à vous qui n’avez sans doute rien à foutre de ces magouilles crapuleuses qui vous dépassent et ne concernent pas, toujours en apparence, vos soucis quotidiens ? Eh bien, c’est pour que vous mesuriez les faiblesses et la bêtise de l’adversaire contre lequel vous luttez sur vos ronds-points.

Pour que vous sachiez que cet adversaire est beaucoup plus friable et plus prenable qu’on essaie de vous le faire croire. Qu’il est au bord de la rupture. Et que si vous voulez le faire tomber, parce que c’est lui qui vous bouffe la vie, il faut continuer à cogner du plus fort et du plus longtemps que vous pouvez. Parce que si vous cédez face à lui, c’est souvent juste parce qu’il vous a inoculé, à tort, la peur de lui.

=> Sources de mes infos : Zero Hedge, Deutsche Wirtschafts Nachrichten et Décodages (François Leclerc)

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.