Carton plein pour les avant-premières de « J’veux du soleil »

Carton plein pour les avant-premières de « J’veux du soleil »

Voici que tombent les premières nouvelles de « J’veux du soleil », le film de François Ruffin et Gilles Perret, et c’est une catastrophe… pour Macron et son monde !

Les avant-premières se suivent et se ressemblent. À Grenoble, les trois salles sont combles, « le cinéma est plein comme un œuf » selon Libération qui a fort rarement ciré les chaussures de François Ruffin.

À Tanninges « ça déborde » selon Gilles Perret et pour une deuxième séance organisée en catastrophe ça déborde une deuxième fois.

À Meythet deux-cents-quatre-vingts spectateurs dans la salle et trois cents personnes qui n’ont pas pu entrer. Une spectatrice Gilet Jaune émue lors de la projection : « C’est la première fois de ma vie que je prends un micro en public et c’est pour vous dire merci. On s’y retrouve complètement ! » Une autre spectatrice au gilet jaune, les larmes aux yeux : « Ce film nous redonne du courage face à toutes les saletés qu’on a dit sur nous ! Merci beaucoup. »

À Saint-Julien-du-Serre « des centaines de personnes affluent dans le petit village pour voir le documentaire de François Ruffin ». François Ruffin improvise un meeting dehors. « Ça fait 20 ans que la pauvreté se chuchote dans les appartements. Cette honte, aujourd’hui elle sort. Elle se crie sur les ronds-points. Elle se transforme en colère publique. »

Le Dauphiné Libéré :

« La salle polyvalente de Saint-Julien-du-Serre, petit village de 700 habitants près d’Aubenas (Sud-Ardèche), est pleine à craquer ce dimanche matin. La projection du film de François Ruffin et Gilles Perret, « J’veux du soleil » qui parle des hommes et des femmes qui ont revêtu le gilet jaune, a attiré près de 400 personnes. C’est pourquoi une nouvelle projection vient d’être annoncée. Elle est prévue vers 13 h. Pendant ce temps, le député de la France insoumise discute avec ceux qui n’ont pas pu entrer dans la salle. »

Toujours selon Le Dauphiné Libéré François Ruffin a fait « carton plein à Chambéry ». Le journal consacre quinze photos à l’événement. « Les cinémas l’Astrée et le Forum ont fait le plein : l’échange avec le public devrait se dérouler par la suite… au Carré Curial, histoire de rassembler les spectateurs des salles du haut et celles d’en bas. »

Pourtant les cinémas de Chambéry ont été prudents comme Macron ne l’est pas. Pour éviter de voir trop de gens dans la rue ils avaient réquisitionné d’emblée leurs six salles. Oui, tu as bien lu, six salles ! Eh bien c’était quand même un peu juste…

Le Figaro consacre un article à l’avant-première de Grenoble« Comme cinéaste, il se défend d’avoir voulu réaliser un film analytique sur le mouvement, mais davantage une « analyse de gens qui s’en sont emparé ». « Ce sont avant tout nos semblables », a-t-il ensuite souligné face aux spectateurs lors d’un temps d’échange de près d’une heure. « Le film a un but : faire décrocher le soutien passif de la classe intermédiaire à l’oligarchie », a-t-il ajouté, l’invitant désormais « à se bouger pour se solidariser » aux « gilets jaunes » ».


« Il est fringué comme un’ poubelle / Il n’ sait plus comment il s’appelle / Mais swingue avec les hirondelles / Tristan la poisse qu’est ce que tu fous là ? » Joan-Pau Verdier chante « Tristan la poisse ».


NB : certains utilisateurs de FIREFOX ne voient plus la barre des boutons de partage en bas des billets. Pas grave, voici comment procéder pour y remédier :

  • dans le menu , cliquer sur Blocage de contenu, puis cocher Standard

C’est tout !

Un citoyen ordinaire à la rencontre des personnes cabossées par la vie.