Le Grand jeu : quelques mauvaises nouvelles pour l’empire

Le Grand jeu : quelques mauvaises nouvelles pour l’empire

Si l’empire tente de réagir à son lent mais inexorable déclin et même de contre-attaquer, les tuiles continuent de s’accumuler. Ces derniers jours ont été particulièrement prolixes en mauvaises nouvelles, aussi un rapide tour d’horizon n’est-il pas inutile…

Venezuela : un « environnement non-permissif »

Au Venezuela, Maduro a sorti les S-300 de leur housse. Nul doute que ce geste, qui vise à refroidir les têtes brûlées de Washington si l’envie leur prenait de faire un petit tour dans les cieux bolivariens, sera étudié de près par le Pentagone.

Eh oui, Moscou avait vendu son système à Caracas au début des années 2010, ce que tout le monde avait oublié. Si, à l’époque, cela pouvait paraître quelque peu folklorique, la crise actuelle ramène le sujet sur le devant de la scène. Certes, les S-300 sont théoriquement peut-être un peu justes face aux chasseurs de cinquième génération, même si ce qui se passe dans le ciel syrien tendrait à prouver le contraire. C’est en tout cas une belle épine dans le pied impérial, ce que les spécialistes appellent une « bulle de déni » ou, en termes ronflants, un « environnement non-permissif ».

Les Russes (et les Chinois) iront-ils plus loin et franchiront-ils le Rubicon en s’installant militairement au Venezuela ? Selon certains, cette sanctuarisation d’un pays menacé par Washington ferait tache d’huile et beaucoup se précipiteraient à Moscou et Pékin pour demander leur propre protection. Une opportunité historique pour l’ours et le dragon d’assumer le leadership mondial. À suivre…

Syrie : la question du retrait US

En Syrie, Daech est lessivé et le “califat” ne s’étend plus que sur quelques kilomètres carrés le long de l’Euphrate. La question du retrait US revient donc en force sous les feux de l’actualité. Le Donald, qui donne du mou au Deep State par ailleurs (par exemple au Venezuela), tient tête à ses généraux et à l’hystérique clique impériale. Sauf énorme surprise, le retrait aura bien lieu. Et l’arrivée temporaire de troupes supplémentaires avant le départ ne devra pas être vu comme un reniement mais, au contraire, comme une preuve supplémentaire du repli : il faut du personnel, logistique ou autre, pour plier les bagages.

Dédollarisation : la révolte des euronouilles

Le Pentagone tremble. Wall Street aussi… Russes et Européens parlent en effet de la possibilité d’abandonner totalement le dollar dans leurs échanges pour le remplacer par l’euro. Attention, nous n’en sommes encore qu’au stade de la réflexion. Les négociations puis la prise de décision prendraient des mois, voire plus. Pas d’emballement, donc, mais une chose est sûre : ce serait un coup terrible porté à la domination du dollar, donc des États-Unis.

Les euronouilles font d’ailleurs montre d’une inhabituelle autonomie vis-à-vis de tonton Sam et, comme nous le prévoyions, le coup de tonnerre de l’élection du Donald n’y est pas étranger, lui qui a brouillé les pistes et mis le système impérial sens dessus dessous. Ainsi, les gazoducs russes avancent eux aussi vers le Vieux continent.

Bruxelles a donné sa bénédiction au passage d’une ligne du Turk Stream par la Serbie, au prix de quelques aménagements mineurs. MacCainistan doit se retourner dans sa tombe, lui qui avait tout fait pour torpiller, avec succès, le South Stream.

Quant au Nord Stream II, une vieille connaissance des habitués du blog, la France de Micron Ier a d’abord créé la surprise jeudi en soutenant la révision d’une directive européenne sur le gaz, susceptible de mettre des bâtons dans les roues du pipeline. Ce coup bas porté à Berlin a fait s’interroger la presse teutonne : l’occupant de l’Élysée se serait-il aplati devant les pressions américaines ? En réalité, le pet du cerveau du président français n’a pas duré bien longtemps et a sans doute plus à voir avec des manœuvres internes à l’UE qu’avec le tube lui-même. Un accord a été trouvé, déblayant les derniers obstacles.

=> Source : Le Grand jeu (intertitres : Pierrick Tillet)

Partager ce billet

L'observateur des soubresauts géopolitiques au Moyen-Orient