Les ultimes égarements d’un régime en pleine perdition

Les ultimes égarements d’un régime en pleine perdition

Des déclarations ubuesques d’un président affolé qui voit des Russes partout, à la perquisition complètement foirée menée par un parquet véreux au siège de Mediapart, en passant par les impayables barbouzeries téléphoniques de deux profonds connards (le duo Benalla-Crase), le régime macronien n’en finit plus de s’abimer dans des océans de bouffonneries.

Même plus envie de détailler les rebondissements la descente aux enfers de ces imbéciles. Je vais laisser faire les autres.

François Ruffin, d’abord, dissertant à en pisser de rire sur les élucubrations du “Zinzin à l’Élysée” à propos du boxeur « qui ne parle pas comme un boxeur gitan » (entre autres !) :

L’équipe d’Osons causer, ensuite, racontant l’équipée péteuse menée, sur instruction d’un procureur de Paris aux ordres de la présidence de la République, par deux procureurs accompagnés de trois policiers, dont un inspecteur de la brigade criminelle ( !), pour récupérer des bandes enregistrées compromettante, de toute façon déjà diffusées et connues du grand public :

Beaucoup crient au scandale et à la dictature devant ces errements rocambolesques d’un régime malmené. Je dirais plutôt qu’il s’agit d’un soufflé en train de lamentablement retomber, celui d’un petit commercial de série Z porté au pouvoir par une oligarchie aux abois, et ne faisant manifestement pas le poids.

Qui peut croire que cette mascarade va durer encore longtemps ? Qui pense encore que la présidence Macron va se terminer en 2022 sans conséquences douloureuses pour l’impétrant ? La seule chose qu’on puisse encore lui souhaiter est de partir vite, très vite, avant que ça ne tourne trop vinaigre pour lui.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.