De quelques sympathisants frontistes en leurs cages

Lu en une de Rue89, le débat entre Martin Hirsch, ex « Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté », et quelques sympathisants du Front national. Impression cafardeuse d’une déroute : celle de Martin Hirsch et des réponses insignifiantes qu’il apportait à ses contradicteurs frontistes.

« L’avenir de La France, c’est la Suisse ? » (Martin Hirsch en réponse à Christophe, 27 ans, syndiqué FO pro FN, qui préconisait le retour à la Banque de France et au franc.)

Il est coutume de dire, pour se dédouaner de toute complaisance à son égard, que le FN pose les bonnes questions, mais apporte les mauvaises réponses. Les sympathisants du FN réunis par Rue89 ne posaient pas les « bonnes » questions. Ils posaient LEURS questions. Et Martin Hirsch de s’enfoncer dans des réponses de plus en plus déconnectées :

« Vous pensez que Nicolas Sarkozy est socialo-communiste ? »

Plus malheureux que racistes

Ce qui ressortaient des questions posées par la poignée de sympathisants frontistes n’était guère surprenant : un désarroi, une peur sourde, un sentiment d’abandon… nés de l’absence de réponses à leurs questions.

Martin Hirsch n’avait à apporter à ceux-là que de pauvres objections, des fins de non-recevoir :

« Vous avez l’impression d’être dupés par l’UMP et le PS. Je pense que le FN vous dupe dix fois plus. »

Et le vigneron, les deux cadres en souffrance, l’étudiant, l’auxiliaire puéricultrice et le gardien de prison de continuer à poser fébrilement les questions sans réponse qui les taraudaient, à revendiquer comme des bouées de sauvetage le secours de personnalités improbables : Michel Onfray, le général de Gaulle, « Mitterrand à l’époque », Coluche…

« Coluche, il a aidé les gens avec les Restos du cœur ! »

Mais alors, leurs réponses à eux, sympathisants égarés d’une cause incertaine ? Cette haine insupportable de l’étranger émigré, cette phobie pathologique de l’invasion islamiste ? Martin Hirsch, du haut de son piédestal d’énarque normalien de gauche, aurait dû s’aviser qu’il ne s’agissait en rien de « réponses », mais de réflexes épidermiques de survie d’humains aux abois. << Plus malheureux que racistes >>, comme le souligne Emmanuel Todd.

Le problème, ce sont les cages

Dans le film d’Alain Resnais, Mon oncle d’Amérique, le professeur Henri Laborit raconte cette étrange expérience : si vous enfermez un rat dans une cage, que vous le privez de toutes possibilités de fuir, le rat va dépérir, se choper toutes les maladies dites « de civilisation » (« les ulcères de l’estomac, les hypertensions artérielles, l’insomnie, la fatigue, le mal-être… ») ; son poil va se ternir.

Mais si vous mettez un second rat dans la même cage, les deux vont se battre, ne présenteront bientôt plus d’accidents pathologiques, tout poil luisant hérissé dehors.

Le problème de nos sympathisants frontistes (et de bien d’autres qui s’ignorent) n’est pas leurs compagnons d’infortune émigrés qui leur servent d’exutoire dans leurs cages communes. Le problème, CE SONT LES CAGES (oh putain, j’ai la gorge tellement serrée en écrivant ces lignes) !

Bien évidemment, ce n’est pas le Front national ni aucune autre des forces régressives surgies des ténèbres qui délivreront nots rats pris au piège. En réalité, le FN est ce que l’islamisme intégriste fut aux pays arabes : un soin palliatif de fortune, une réaction pathologique surgie sur les décombres de nos civilisations en miettes.

Ceux-ci ajoutent des cages aux cages, exacerbent la furie meurtrière et suicidaire des prisonniers, participent aux tragédies qui ensanglantent l’histoire.

Non, l’unique espoir, c’est l’Indigné occidental, le révolutionnaire arabe, le Mandela ou le Gandhi du moment (si, si, il en surgit toujours un), celui qui un jour prend sur lui — vous, moi ? — de s’en prendre aux verrous des cellules, à la cage elle-même, et aux sinistres gardiens qui en détiennent les clefs. Ceux-là ne font pas la leçon aux prisonniers, ne larmoient pas sur leur sort. Ils participent à leur libération commune sans se boucher le nez.

A propos de Pierrick Tillet 3739 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.