Un “vrai débat” démocratique en cours… mais rien à voir avec la parodie de consultation macronienne

Un “vrai débat” démocratique en cours… mais rien à voir avec la parodie de consultation macronienne

À côté du “Grand débat” parodique organisé par Emmanuel Macron pour tenter de gagner du temps et d’enrayer l’effet Gilets jaunes, un Vrai débat s’est instauré qui permet d’aborder les vraies questions et les vraies problèmes de notre société. Jusqu’au 3 mars pour y participer.

Loin des 4 grands thèmes et des 35 questions à choix multiples archi-fermés du “Grand débat” de fumée macronienne, Le Vrai débat propose 9 consultations participatives ouvertes :

Deux possibilités d’intervention :

  • proposer ses projets ;
  • voter pour ceux déjà proposés par d’autres.

Quatre étapes dans la consultation :

  1. dépôt des revendications sur la plateforme, du 30 janvier au 3 mars 2019 ;
  2. synthèse des revendications, du 4 au 17 mars 2019 ;
  3. conférences citoyennes, du 18 au 24 mars, dans 9 villes (Bordeaux, Bourges, Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Paris, Toulouse) ; objectif : hiérarchiser et construire des solutions à partir de la synthèse ;
  4. portage des revendications (auprès des élus locaux, des députés, des ministères, du gouvernement, en saisissant la Cour européenne des droits de l’Homme ou le Conseil constitutionnel…), à partir du 25 mars.

Le Vrai débat a été lancé par trois Gilets jaunes (mais pas la peine d’en être pour participer). Ironie de l’histoire, les trois fondateurs ont utilisé la même plateforme de consultation que le gouvernement pour son “Grand débat”. Mais avec une différence de taille, pas de QCM obligeant les participants à faire là et comme on leur a dit de faire, mais des questions ouvertes permettant à chaque citoyen de s’exprimer.

Allez-y lâchez-vous, montrez aux racornis du bulbe démocratique qu’on peut aussi lancer des pavés sortis du cerveau !

=> Lire l’interview des trois fondateurs de la plateforme du Vrai débat sur le site Reporterre.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.