Avis de tempête : « la dynamique de la dette est hors de contrôle »

« Une augmentation importante de la dette, un grand déficit de départ et une profonde récession ont poussé à l’extrême la dynamique de la dette qui est maintenant hors de contrôle. »

Ça, ça vient de sortir et ce n’est pas moi qui le dis, mais une certaine « commission de contrôle du budget grec », tout ce qu’il y a de tristement officielle, composée d' »analystes indépendants » LOL

On dirait un rapport sur Fukushima, vous ne trouvez pas ?

Le tsunami de la « Grande perdition »

Voilà pourtant plusieurs jours que ça couvait, que les signes d’alertes se multipliaient :

La « Grande perdition » est comme un tsunami : une déferlante ravageuse qui vous laisse pantois. Puis qui se retire. Au point que les benêts des sommets, évidemment, se précipitent sur la plage en hurlant de soulagement.

Puis qui revient. Qui revient inexorablement balayer tout sur son nouveau passage (les benêts des sommets en premier).

Film catastrophe jusqu’aux environs du 15 octobre

Regardez bien ce qui va se passer dans les prochains jours. En Europe, mais peut-être pas que. Ça devrait durer à peu près jusqu’à la mi-octobre, si tout va bien, enfin je veux dire : moins mal que prévu.

Ces derniers jours, pour ceux qui ont suivi l’actualité, c’était l’euphorie sur les places boursières. La remontée vertigineuse. Après une descente encore plus vertigineuse, mais qu’importe.

Que voulez-vous, les benêts des sommets, c’est comme ça : ils vivent l’instant présent. Non pas sans souci du lendemain, mais avec la stupide conviction qu’il ne peut être que meilleur pour eux. N’en déplaise aux réalités catastrophiques dans lesquelles ils pataugent.

La véritable catastrophe : le peuple est insolvable

La véritable catastrophe pour les benêts, vous voulez que je vous dise, c’est que dans leur for intérieur, ils savent pertinemment que le menu fretin ne pourra plus payer les pots cassés ! Devant l’ampleur du gouffre, le peuple est définitivement insolvable.

Oh, ce n’est pas que celui-ci ne va pas déguster. Mais après tout, tant pis pour lui ! Ça lui apprendra, au peuple, à s’être cru grenouille pouvant compter sur les bœufs des sommets en restant assis sur son cul.

Je ne sais pas à quel animal chacun d’entre vous s’est apparenté, mais je serais vous, je serrerais les fesses. Parce que, vous allez voir, ça va dérouiller !

Tiens, je parierais que les banques vont être les premières à morfler, cette fois…

A propos de Pierrick Tillet 3892 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.