Orientations sexuelles et manuels scolaires : les 80 chasseurs de l’UMP

Ils s’y sont mis à quatre-vingt — députés UMP, autant que les chasseurs dans le lit d’une marquise passablement grise — pour sonner l’hallali de la théorie de la sexualité exprimée dans plusieurs nouveaux manuels de SVT (Sciences de la vie et de la terre) destinés aux boutonneux des classes de première.


L’objet du courroux de nos traqueurs de déviance morale et d’apocalypse charnelle : « l’identité sexuelle » considérée, non plus seulement comme réalité biologique, mais aussi par le contexte socio-culturel.

En clair, une injection inacceptable, selon eux, du venin de l’homosexualité et autres fauves déviances sexuelles dans nos innocentes chères têtes blondes. Citation :

« Selon cette théorie, les personnes ne sont plus définies comme hommes et femmes mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités : homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuels. »

Une théorie de la sexualité figurant au programme 2011

Et de vouer aux gémonies cette « théorie philosophique et sociologique qui n’est pas scientifique, qui affirme que l’identité sexuelle est une construction culturelle », pour demander illico presto l’exécution capitale des manuels incriminés.

N’en déplaise à nos « indignés », une circulaire du ministère datée du 30 septembre 2010 stipulait bien que les programmes de SVT de première devaient comporter un chapitre intitulé « devenir homme ou femme ». Extrait :

« Si l’identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l’orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée. »

Passons sur le fait que cette théorie de la sexualité, développée aux États-Unis dans les années 70, s’inscrit largement dans une réalité intangible à défaut d’être « scientifique ». Oublions le fait que nos chères têtes blondes n’ont certainement pas attendus d’arriver en classe de première pour en être informées.

Pulsions régressives dans une société en décrépitude

Et considérons cette nouvelle intervention tumultueuse dans le cadre des pulsions régressives qui agitent tout corps social en pleine décrépitude morale.

Parmi les signataires de cette lettre comminatoire au ministre Châtel : Bernard Debré, Eric Raoult, Hervé Mariton, plus trois éminents membres du collectif de la Droite populaire qui s’était déjà distinguée par quelques propositions chocs sur l’immigration.

Remarquons que tous ceux-là ne font que reprendre une doléance exprimée au printemps par la direction de l’Enseignement catholique. Notons que leur démarche s’inscrit dans la même frénésie cisailleuse que celle d’institutions juives réclamant à l’éditeur Hachette Éducation la réécriture d’un chapitre sur le problème israélo-palestinien.

Et essayons de garder notre humour et notre patience face aux plongées vertigineuses dans le ridicule de ceux qui s’acharnent à nier les réalités quand elles les dépassent. (Voir la vidéo)

A propos de Pierrick Tillet 3813 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.