Langueurs d’été : c’est juste le premier pas qui compte

Black and white - photo le Yéti

Juillet. La plage. Le soleil. La foule des vacanciers agglutinée devant les cabines de bains et les jeux d’enfants. Le reste de la vaste étendue livré aux promeneurs lents et aux véliplanchistes à faux airs d’aventuriers blasés. Et puis, lui, elle.

Lui, allongé sur le ventre, vêtu d’un seul « corsaire » beige. Elle, sur le dos, un petit maillot microscopique bleu nuit, les petits seins dardés vers le ciel, les yeux mangés par d’épaisses lunettes de soleil qui dissimulent toute expression.

Son visage à lui est à la hauteur de son ventre à elle. Et il parle, et il parle. Il l’enveloppe de ses mots, l’enlace de son débit torrentiel. D’elle ne transparaît qu’un léger sourire énigmatique aux commissures des lèvres.

Autour d’eux, indifférent, nonchalant, le spectacle estival, toujours. Peaux dénudées, crème à bronzer, petits bedons relâchés presque émouvants. D’habitude, je ne m’attarde guère dans ce genre d’endroit. L’ennui m’y gagne vite. Mais le jeune couple poursuit sa danse de séduction.

Ne la rate surtout pas, petit !

Jarret frémissant, le garçon n’en finit pas de son tumultueux monologue. De plus en plus allumé, amoureux à mort. Le ventre offert de la belle affecte encore la distance en se soulevant au gré d’une respiration qu’elle entend maîtriser. Dix-sept ? Dix-huit ans ?

Manège banal, sauf un petit détail : lui est un jeune black à la peau d’ébène des plus profondes ; elle, une jolie brunette à chair de lait.

Et me voilà moi, vieux con sentimental en bordée, mué en supporter fanatique.

Allez vas-y, petit ! La rate surtout pas ! Ah, le grand bond que vous ferez faire à l’humanité si vous parvenez tous les deux à vous mélanger. Tous ces petits bronzés d’avance, ces flots de café au lait dont vous finirez peut-être par inonder nos plages !

Encore un effort, relâche pas ton effort, mon bonhomme ! Et les petits carrés de tissu bleu nuit sauteront sans souci.

C’est juste le premier pas qui compte. La première fois…


Tryo & Les Ogres de Barback – La premiere fois… par Chericauque

Notes

Pour les lecteurs fidèles, cette histoire est déjà parue en juin 2008 sous le titre : « La première fois ». Mais comme elle me plaît beaucoup…

A propos de Pierrick Tillet 3883 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.