Le visage hideux de la caste sociale dominante

Le visage hideux de la caste sociale dominante

Macron de toute évidence n’est pas disposé à céder un pouce de terrain. Dommage pour lui, parce que nous non plus. La rupture est totale. On aura rarement vu un président aussi manifestement préfabriqué par l’oligarchie, aussi mal élu, aussi rapidement détesté. On aura rarement vu un mouvement social populaire aussi enraciné et déterminé, et un tel déchaînement de répression pour le faire taire. Sans succès.

Quoi qu’il advienne, personne n’oubliera le déferlement de cette violence d’État, de plus en plus sans réel motif selon le droit, de plus en plus illégale. Plus qu’une dérive : un abus de pouvoir flagrant, politique, policier et judiciaire. Auquel s’ajoutent les turpitudes scandaleuses du barbouze matraqueur Benalla, les déclarations ineptes d’un personnel gouvernemental odieux, et la propagande écœurante des Pravda médiatiques aux mains de milliardaires.

Et tout ceci fait système. Tout ceci confirme dans les faits jour après jour la réalité de cette caste de privilégiés, possédant tout, entourée de ses obligés, sa flicaille et ses valets, si souvent décrite et dénoncée, coupée du reste du peuple, décidant contre lui, n’ayant d’autre but que de servir et protéger ses propres intérêts, et prête à tout pour y parvenir.

Le vernis avait déjà bien craqué mais la séquence présente est vraiment celle où le voile se déchire, où le masque tombe, et laisse voir le visage hideux de cette classe sociale dominante, bouffie d’arrogance, totalement corrompue, pourrie jusqu’à l’os et pourrissant tout, intellectuellement dégénérée jusqu’à la médiocrité crasse.

Il faudra d’une façon ou d’une autre se débarrasser de ces gens-là avant qu’il ne soit trop tard, les stopper, les empêcher de nuire davantage, et libérer de leur emprise toxique et destructrice ce qu’il reste de la République, du modèle social et de la démocratie, puis reconstruire ce qui devra l’être. C’est à un véritable changement de régime qu’il faut aspirer désormais.

Autodidacte en tout, café-théâtre, chanson française (auteur-compositeur-interprète), sculpture, photo, écriture, et même agriculture, en rupture de ban avec "le système", je me cantonne désormais à produire de la pensée et de l'émotion. Je n'attends pas de jours meilleurs (ils seront pires) mais j'en fabrique comme je peux...