Gilets jaunes : un round 8 très éprouvant pour les champions sonnés du pouvoir sortant

Gilets jaunes : un round 8 très éprouvant pour les champions sonnés du pouvoir sortant

Je vous fiche mon billet qu’ils s’attendaient à un flop monumental des Gilets jaunes aux lendemains des agapes de réveillons. Mal leur en prit, ils sortent de ce 8e round complètement sonnés, à l’image de ces flics casqués, dérouillés par un géant à mains nues.

Christophe Dettinger, ce véritable héros populaire

Ils pensaient pouvoir créer une nouvelle polémique sur la violence des Gilets jaunes. Raté, ils sont en train de faire de Christophe Dettinger, ancien boxeur, un nouvel héros populaire. Aucun de leurs pauvres coups ne porta :

  • pas même le fait que le colosse en question ait par ailleurs un peu essuyé ses crampons sur un “joueur” casqué adverse (phénomène très anodin, limite gentil et “respectueux” de l’adversaire, pour qui est fan de rugby) ;
  • ni que quelques sournois pisse-vinaigre complotistes aient cru bon d’insinuer qu’on avait vu le géant passer sans encombre une ligne de robocops (sauf erreur, aucune image où l’on voit le champion cogner autre chose que du poulet, non ?) ;
  • ni même les rodomontades de la flicaille en appelant piteusement au Code pénal pour mettre leur coriace adversaire hors combat, ou encore les cris d’orfraies de la bourgeoisie emperlousée n’ayant manifestement jamais entendu parler de la prise de la Bastille (ou cherchant à en enterrer le souvenir) :

Le mot de la fin de cette première partie de billet au héros de ce 8e round qui, avant de se rendre à la police ce soir, enregistra cette déclaration :


EDIT – Une cagnotte leetchi vient d’être ouverte pour soutenir Christophe Dettinger. La somme déjà récoltée en quelques heures seulement – 38.020,65 euros pour 2161 participants ! – en dit long sur la popularité de ce héros des Gilets jaunes.

(Cliquer sur l’image pour soutenir Christophe Dettinger)

Les rounds 9 et suivants seront décisifs

Premier aperçu de ce que pourrait être la suite de ce combat homérique :  le portail défoncé du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole de l’Élysée. Pas sûr que les déclarations indignées, délivrées par le ministre à distance prudente sur un plateau télé après avoir été prestement évacué lors de l’assaut, soit de nature, ni à retourner l’opinion publique en sa faveur, ni à rassurer les autres membres du pouvoir.

Il y eut même le coup de grâce du dimanche 6 janvier, asséné par toutes ces femmes Gilets jaunes (vous avez bien lu “Gilets jaunes” et non « DE Gilets jaunes », comme l’écrivit la condescendante valetaille machiste médiatique) qui s’emparèrent du pavé au lendemain de l’acte 8 du samedi 5.

Si la consternation et le désarroi règnent manifestement dans les allées du pouvoir, c’est évidemment la joie dans les rangs des Gilets jaunes. Les mouches semblent bien avoir changé d’âne, comme disait le défunt commentateur de rugby, Roger Couderc.

Pour le reste, on attend avec impatience le coup de gong qui libèrera les combattants pour les rounds 9 et suivants, prévus d’ores et déjà pour être décisifs dès samedi prochain.

En attendant, un petit replay pour le fun (on ne s’en lasse pas !) :

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.