Otages, terrorisme : « l’intérêt national supérieur » a bon dos

Ça n’a pas manqué ! Depuis l’affaire des deux otages de Niamey et de l’attaque visant soi-disant à les libérer (en réalité, l’attaque les condamnait inéluctablement), nos autorités politiques, droite et gauche officielles confondues, nous servent à la louche la soupe sirupeuse de l’intérêt national supérieur menacé et de la patrie outragée.

Trop facile ! Sauf à confondre les intérêts de la population avec ceux de l’oligarchie au pouvoir et de quelques multinationales tout ce qu’il y a de privées (dividendes compris), en quoi cet « intérêt national-là » est-il celui du citoyen lambda ?

Une colonisation qui ne dit pas son nom

Quand donc les citoyens de ce pays ont-ils donné mandat à leurs « dirigeants », aux multinationales opaques, pour occuper et exploiter tous ces territoires, Afghanistan, Irak, Sahel… ?

Que sommes-nous pour ces autochtones que nous occupons et exploitons, sinon de vulgaires et détestables occupants et exploiteurs qu’ils cherchent à chasser de leurs murs ?

Décidément, nous avons un mal de chien à digérer les bonnes vieilles colonisations d’antan. Les mêmes bêtises nauséabondes. Les mêmes plans foireux suicidaires.

Entre la peste et le choléra, faut-il choisir ?

Aboyez autant que vous voulez, je ne lâcherai rien de mon intime conviction, je ne cèderai pas à vos intimations caricaturales (« si t’es pas avec nous, t’es avec eux, t’es un traître »). En l’état, je ne suis et ne serai d’AUCUN des deux camps.

Je ne reconsidèrerai ma position que le jour où les « barbares » du camp d’en face occuperont notre hexagone, s’empareront de nos outils de production, mettront en place et protègeront quelques dictateurs ronflants genre Idi Amin, Bokassa le diamantaire, Omar Bongo…  Pour permettre à leurs Areva à eux, leurs Total, de sucer la moelle de mon pays.

Les monstres que l’on nous demande aujourd’hui d’abhorrer et de combattre sont les purs produits de nos exactions. Qui finança en son temps Ben Laden pour lutter contre les Soviétiques en Afghanistan ? Saddam Hussein pour faire barrage au khomeynisme iranien ? Le Hamas pour contrarier le Fatah d’Arafat ?

La fin lamentable d’un empire lamentable

Nous vivons une époque terrible : la fin lamentable d’un empire lamentable, la déconfiture de nos ambitions de domination planétaire. En train de nous faire virer de partout. Haïs de tous.

Pauvres deux jeunes hommes sacrifiés, victimes de cette folie ! Bien sûr qu’ils sont innocents, ceux-là ! Qu’ils avaient droit, eux, de se marier à Niamey. Comme d’autres miséreux ont le droit de venir se réfugier sur nos territoires, sans être balancés dans d’ignobles centres de rétention.

Je n’écoute plus ces coqs pontifiants. Je n’entends plus leurs pathétiques trémolos, leurs arguments à deux balles sur les valeurs offensées, leurs vaines tentatives de culpabilisation. Ils me sortent par les yeux. Ils m’écœurent.

Permettez que je sacrifie à mon vœu de l’année : l’hibernation. Ah oui, l’hibernation le plus au chaud possible avec les miens, le plus loin qu’il se puisse être de leurs frasques et fracas !

A propos de Pierrick Tillet 3651 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.