Mes vœux pour 2011 : apprenons l’hibernation positive !

Autoportrait - photo le Yéti

Que nous souhaiter en ce début d’année 2011, qui ne soit pas un vœu pieux, qui remonte le moral des troupes, qui fasse fondre d’un seul rire tonique les frimas de notre interminable nuit hivernale ? Ah je sais : apprendre l’hibernation positive.

Notre hiver collectif a tout pour tirer en longueur. Et pas de printemps alternatifs à l’horizon. Tandis que leur zinzin poursuit sa chute, les pilotes, dépassés, errent dans les soutes. 2010 fut « une année de bruit et de fureur », singulièrement pour l’Europe. 2011 ne pourra qu’être pire.

Mais bon, la vie continue.  Une nouvelle année commence. Puisque les voies officielles s’obstinent à être renfrognées, empruntons les chemins de traverse. Peut-être pas à la Spagiarri, mais au moins à l’africaine.

Pour une hibernation en réseaux

L’hibernation que je nous souhaite n’a rien à voir avec la prostration de l’ours ténébreux comatant au fond de son antre . Plutôt avec les bonnes vieilles veillées d’antan autour d’un vin chaud, d’un feu de bois et de quelques chouettes voisin(e)s pour discuter le bout de gras. Et se donner le coup de main à l’occasion.

Une hibernation en réseaux, aux aguets (« aux aguets », je veux dire, prêt à sauter sur la moindre occasion). Réseaux d’amis, de proches, réseaux de têtes de mule (RESF, DAL…)

Mais pas seulement. Ce n’est pas à vous, accros du web, que je vais faire un dessin sur ce que sont les nouveaux réseaux modernes : Facebook, Twitter, la chaîne des blogs…

Oh d’accord, les voies du virtuel et de la pensée débitée sous pseudos peuvent paraître bien frustrantes parfois. Un manque criant de peau frissonnante et de vrais souffles chauds. Où l’individu est trop souvent une vulgaire pièce de nos puzzles intellectuels, plutôt qu’un être de chair, de sang et de cœur.

Chutes de reins et jarrets frémissants au « vazyblogstock »

Je me rappelle, il y a quelques temps, un groupe de blogueurs anonymes (mais pour certains très connus) décidèrent d’organiser une VRAIE rencontre dans la VRAIE vie. En affublant leur raout d’un nom barbare à faire blêmir tout anticommuniste primaire : le vazyblogstock.

La rencontre eut lieu dans la demeure de l’un d’entre eux. Une incessante pluie battante les maintint cloîtrés ensemble deux jours et deux nuits durant comme moines en couvent. J’en étais.

Ah, ce plaisir de découvrir, ou pour le moins de se rappeler, que les voix immatérielles ont aussi des chutes de reins étourdissantes et des jarrets frémissants ! Où même les ventres un tout petit peu moins plats sont émouvants.

Si j’avais un dernier vœu à formuler pour cette année nouvelle, ce serait celui-là : multiplions les vazyblogstock enflammés, avec reins, jarrets, ventres et tout ce bataclan charnel sans lequel aucune pensée n’a de réelle consistance, ni d’intérêt.

Je vous souhaite à tous la meilleure année brûlante qui puisse être.

A propos de Pierrick Tillet 3784 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.