Sommet Asie-Europe : la Chine et le « syndrome du larbin »

Réuni à Bruxelles les 4 et 5 octobre, le sommet Asie-Europe a révélé le déséquilibre grandissant entre une Europe déclinante et une Chine de plus en plus hégémonique sur les affaires du monde.

La guerre monétaire sur les taux de change y fit rage et la partie européenne, aux abois, fut contrainte à l’imploration avec des accents à la De Funès : très chers, honorables et vénérables amis chinois, vous le réévaluez quand, scrogneugneu, votre putain de yuan ? Le Premier ministre chinois Wen Jiabao eut beau jeu d’enregistrer la question… en restant inflexible sur la réponse. Et pour cause. La stabilité de la monnaie chinoise à son niveau actuel garantit à son pays un volume d’exportations vital à son insolente santé. Car s’il est un pays auquel la Grande Crise a (pour l’instant) profité, c’est bien la Chine. !!Une emprise mondiale galopante Paul Jorion le rappelle dans [un article migraineux|http://www.pauljorion.com/blog/?p=16698] : # À l’automne 2008, l’empire occidental, États-Unis en tête, ne sauva son système financier que grâce à la bonne volonté (intéressée) d’une Chine condescendant à ne pas se débarrasser de la colossale dette américaine détenue dans ses coffres. # Au printemps 2010, la Chine sauva une Union européenne au bord de l’implosion en faisant savoir que ses fonds souverains continueraient comme si de rien n’était  »« à diversifier leurs avoirs entre un panier de devises représentant les différentes puissances économiques » ». # Dernière cerise en date sur le gâteau, à la veille du sommet bruxellois de l’Asem ( »Asia Europe Meeting »), la Chine mit [un pied en Europe|http://www.rue89.com/chinatown/2010/10/04/la-chine-vole-au-secours-de-la-grece-et-met-un-pied-en-europe-169474] via Athènes, en promettant son aide massive à une Grèce que plus rien d’autre ne semble pouvoir sauver. Ajoutez à tout cela un entrisme à peine masqué sur d’autres continents comme l’Afrique, et vous aurez une idée de l’emprise galopante de la Chine sur la planète économique et financière. Rappelons enfin pour compléter le tableau que l’empire américano-européen a stupidement donné lui-même les verges pour se faire battre en délocalisant massivement sa production manufacturière au pays de Mao. La souris se précipitant dans les bras du gros chat, voilà ce qu’on pourrait qualifier de « syndrome du (futur) larbin ». !!Une interdépendance déséquilibrée et source de conflits On objectera à juste titre que la Chine dépend elle aussi de l’empire occidental, puisque celui-ci absorbe la majeure partie de ses exportations. Pour autant, cette interdépendance apparaît aujourd’hui comme de plus en plus déséquilibrée. C’est bien la Chine qui détient les réserves de dollars, et non l’inverse. C’est bien la Chine qui peut se permettre d’acheter les obligations européennes, et non l’inverse. C’est bien la Chine qui, par ce biais, tient désormais à la merci de ses caprices un empire occidental sonné. Contrairement à ce que voudraient faire croire les tenants de la mondialisation débridée, l’interdépendance est rarement facteur de paix, mais plutôt source de conflits, surtout lorsque les équilibres chavirent à ce point. !!La triste réalité Et pas la peine d’en appeler aux sacro-saintes lois régulatrices du grand marché. La Chine a montré à maintes reprises qu’elle n’en avait cure. Tout juste en use-t-elle quand cela sert ses intérêts bien compris. Le sommet Asie-Europe de Bruxelles confirma amplement ce dangereux déséquilibre. Et [la montée des impatiences occidentales|http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iMDVgHakST7z85ZNE-wdOqRBoMTw?docId=CNG.8b0cfe31fc58b38d9c3e3ebddf9e83d6.61] n’eut d’égal qu’une fin de non-recevoir à peine diplomatique de son interlocuteur chinois. Allez tiens, pour vous détendre, je ne résiste pas à l’envie de vous livrer cette vidéo (qui explicite un peu mieux le titre de ce billet). C’est [un gag|http://www.rue89.com/chinatown/2010/06/23/quand-une-video-reveille-les-tensions-franco-chinoises-155882] monté par un petit plaisantin français, mais avouez qu’il colle tragiquement à notre triste réalité. ///html

///

A propos de Pierrick Tillet 3742 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.