Le paquet fiscal ou la crapulerie d’État légalisée

Donc 18.764 contribuables (0,03% de la population française) vont se partager, au titre de bouclier fiscal 2010, un super bonus de 679 millions d’euros. Soit une augmentation de 23,47% par rapport à 2009 (559 millions « seulement »).

Rappelons que, selon des prévisions de l’honorable institut d’études économiques Xerfi, le pouvoir d’achat global des Français devrait, lui, baisser de 0,5% en 2010. « Une première depuis 25 ans ! » souligne le Xerfi.

En moyenne, chacun des heureux bénéficiaires du paquet fiscal 2010 percevra un chèque de 36.186 euros. Soit plus de 6 RSA annualisés. Nul doute que ces quelques contribuables avaient un urgent besoin d’un tel « revenu de solidarité active ».

Inégalités criantes dans le club des riches

Mais même au sein du club restreint des riches, il existe des inégalités criantes.

9.789 foyers fiscaux du bas de cette échelle d’un genre particulier devront se contenter d’un chèquaillon de 559 euros.

Les autres confisqueront ce qui reste du magot, c’est-à-dire 623 millions d’euros, soit 91% du total.

Remontons encore vers le sommet de ce panier doré, en essayant de ne pas céder au vertige. Les 1.169 contribuables qui y trônent se redistribueront la somme rondelette de 423 millions d’euros. Soit la bagatelle de 320.000 euros en moyenne par foyer. Soit plus de 25 SMIC net annualisés sans absolument rien foutre !

De quelques autres comparaisons douloureuses

On pourrait ainsi multiplier les comparaisons douloureuses :

  • rappeler que la région Ile de France rame actuellement comme une ânesse pour rassembler les quelques 20 millions d’euros (2,95% du paquet fiscal 2010) qui lui permettront d’équiper l’ensemble des élèves de seconde en ouvrages conformes aux nouveaux programmes ;

L’indifférence fatiguée de l’opinion

Oui, on pourrait. Mais les nouvelles dispositions du paquet fiscal 2010 ont été annoncées par la presse dans une indifférence fatiguée.

Entre les péripéties d’une chamaillerie de cour de récré opposant un chef de bande européenne à un petit teigneux qui voulait lui extorquer des excuses pour quelques sombres mots de trop, l’aveu d’une prochaine augmentation de 6% du prix des cigarettes, et l’information par le ministre Hortefeux d’un (opportun) renforcement de « la menace terroriste ».

Ainsi va la vie dans un pays où les colères, si elles existent, demeurent bien profondément enfouies devant des injustices d’État qui finissent par s’apparenter crûment à de la pure crapulerie légalisée.

A propos de Pierrick Tillet 3656 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.