Les propositions précipitées du gouvernement : qui est essoufflé ?

Les propositions précipitées du gouvernement : qui est essoufflé ?

Le rideau d’un acte V des Gilets jaunes à peine retombé, le premier ministre Philippe, en émettant de nouvelles propositions précipitées aux émeutiers, montre que l’essoufflement n’est peut-être pas là où les médias le prétendaient.

Qu’on s’entende bien, les nouvelles propositions du premier ministre ne valent pas un clou, et ce pour plusieurs raisons :

  1. ni Édouard Philippe, ni même Emmanuel Macron, ternes représentants de commerce des lobbies financiers et de la commission de Bruxelles n’ont aujourd’hui le pouvoir de proposer quoi que ce soit de nouveau aux Gilets jaunes ;
  2. cette proposition de discussion à propos du Référendum d’initiative citoyenne (RIC) sent autant l’arnaque et la manœuvre pour gagner du temps que l’augmentation bidon du SMIC par ce qui nous sert encore (pour combien de temps ?) de président ;
  3. si les Gilets jaunes veulent obtenir quelque chose de tangible, ce sera FORCÉMENT sans ces deux-là et leur triste bande de malfrats.

Que ceux-là commencent par dégager le terrain… s’ils ont encore un petit filet d’air dans les poumons pour courir !

Les Gilets jaunes du rond-point d’Atlantheix (Vannes) ne manquent pas d’air

Ceux qui ne sont pas du tout en souffrance d’oxygène par contre, et j’ai encore pu le constater ce matin en leur rendant visite, ce sont les émeutiers en jaune du point de blocage près de chez moi, au rond-point d’Atlantheix près de Vannes [photos]. Ceux-là avouent certes un brin de fatigue avec l’approche des fêtes, mais leur détermination reste intacte (et même un peu au delà).

Ce qui frappe sur ces ronds-points, c’est leur organisation. Il y a sur Vannes, trois points de blocages, avec un référent pour les coordonner et assurer un lien avec les référents nationaux. Une nouvelle organisation politique est née (mais ne leur parlez pas de « parti », leur réaction est épidermique).

Ce qui enfin ne gâte rien, c’est l’extrême convivialité et la bonne humeur de leur accueil. Jamais personne qui fasse la gueule. La vraie vie quoi !

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.