Le programme du Yéti : 8. La retraite par répartition des gains de productivité

Le nombre de couleuvres qu’ils nous auront encore fait avaler avec cette histoire de retraite par répartition !  »<< Vous vivez plus longtemps, faut travailler plus longtemps ! >> » Ben pardi ! Un petit examen, tous yeux décrottés de leurs embrouilles-nigauds, fait pourtant apparaître une toute autre réalité.

__Une réalité bien différente de celle qu’on nous présente__ Stop ! Posez-vous un instant, essuyez vos mirettes, décrassez vos cellules grises et observez la situation telle qu’elle existe présentement : ///html

– d’un côté, une société minée par un chômage galopant, des emplois de plus en plus précaires, trouvés de plus en plus tard, perdus de plus en plus tôt (bien avant l’âge légal de la fameuse retraite) ; des retraités à pension riquiqui, des salariés pauvres, des jeunes désœuvrés, des mal-logés en pagaille ; et les queues des restau du cœur qui s’allongent comme des nez de Pinocchio…

– de l’autre, malgré tout ça, des boutiques dégueulant de marchandises, des victuailles à vous en faire péter la panse, des immeubles entiers inoccupés, des résidences secondaires, tertiaires et même plus aux volets la plupart du temps clos, des stocks de bagnoles invendues chez les fabricants et des primes d’État pour que vous cassiez les vôtres qui pourtant fonctionnent encore…

/// __Des évidences qui devraient sauter aux yeux d’une population saine__ L’évidence ne vous saute toujours pas aux yeux ? En l’état d’aujourd’hui, la société moderne est en mesure de satisfaire TOUS les besoins élémentaires et de confort, de TOUS les membres vivants de sa population, vieux increvables compris, en s’affranchissant peu à peu du sacro-saint travail. Grâce à la progression phénoménale de la productivité. Ça n’est pas les richesses qui manquent, ça n’est pas le travail qui est insuffisant, c’est le système à mélanger et à répartir tout ces ingrédients qui est tordu, perverti. Et les voilà qui veulent nous en rajouter ! Alors que l’immense majorité des jeunes de moins de trente ans d’aujourd’hui, désœuvrés, errant de boulots minables en stages escroqueries, ne touchera jamais la moindre pension de retraite décente avant la sénilité, faute de temps de cotisation suffisant ! __Des mesures simples qui tombent sous le sens__ Les solutions pour le problème des retraites ? Très simples en fait. Et qui tombent sous le (bon) sens. Elles reposent sur une meilleure répartition des formidables gains de productivité acquis dans les dernières décennies. Trois points essentiels : ///html

– une révision de l’échelle des revenus de 1 à 25 (la même qu’institua jadis, en 1942, pour faire face aux conséquences de la crise de 29, le président des États-Unis d’Amérique soi-même : Franklin D. Roosevelt) ;

– une fiscalisation accrue des patrimoines outranciers, des revenus financiers hors de raison, des droits de haute succession ;

– la garantie d’un minimum vital décent pour chaque citoyen majeur, retraités compris, permettant à tous de satisfaire ses besoins vitaux élémentaires : logement, nourriture, minimum de confort (cf. détails de cette mesure dans le volet 1 de mon programme).

/// __Haro sur les bonimenteurs du système__ Ça ne manquera pas, les éternels bonimenteurs du système vont monter au créneau comme des forcenés : ///html

–  »<< taxer les revenus les plus élevés ne rapportera que quelques misérables centaines de petits millions >> » (oui, c’est ça, et comme par hasard des dizaines de milliards pour les paradis fiscaux !) ;

–  »<< les riches et les élites vont déserter le pays >> » (la énième fois qu’ils nous font le coup ! D’une part, c’est déjà fait ; d’autre part, le pays a des réserves) ;

–  »<< Les marchés ne vont pas être contents >> » (rires : mon programme prévoit aussi l’interdiction de tous les investissements spéculatifs comme les paris sur les fluctuations de prix, les ventes ou achats à découvert ; sûr que les marchés auront des raisons de râler !).

/// Lecteur sain d’esprit, je t’en prie, n’écoute pas ces malfaisants qui s’obstinent à s’appuyer sur une société de plein-emploi révolue depuis déjà plus de trente ans. Compare ces propositions toutes fraiches à leurs vieilles salades. Fais les comptes. Et ose me dire que ce sont eux qui sont dans le vrai, le juste, ou même le simplement réaliste. ///html

///

A propos de Pierrick Tillet 3916 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.