Comment les Gilets jaunes ont été empêchés de manifester le 15 décembre et comment ils cherchent la parade

Comment les Gilets jaunes ont été empêchés de manifester le 15 décembre et comment ils cherchent la parade

Peu à peu, le système policier pour neutraliser le soulèvement des Gilets jaunes apparaît clairement dans toute sa sophistication. Une stratégie à trois niveaux :

  • un blocage de la montée des Gilets jaunes vers Paris ;
  • un blocage de leur accès sur les lieux prévus de manifestations ;
  • un nassage des différents groupes parvenus sur les lieux prévus de manifestations pour les isoler.

Un maillage sophistiqué

1/ Autoroutes

  • A6 fermée « par précaution » entre la Saône-et-Loire et le Rhône par le préfet pour empêcher la montée de cars Gilets jaunes vers Paris ;
  • jonction A466 également fermée sur ordre du préfet ;
  • A 20 : patrouille de gendarmes en motos interceptant et bloquant les véhicules arborant des gilets jaunes visibles ;
  • blocage des Gilets jaunes à certains péages proches de la capitale et même beaucoup plus lointains (péage de Buchelay sur l’A13 près de Mantes la Ville, péage de Biarritz).
Péage de Biarritz bloqué toute la journée du 15 par arrêté préfectoral.

2/SNCF

  • des trains supprimés en direction de Paris (par exemple, pas de train au départ d’Évreux pour Paris Saint-Lazare samedi matin) ;
  • sortie des gares de Paris interdites aux personnes munies d’un gilets jaunes (gare Saint-Lazare tout particulièrement) ;

3/ Métro/RER : une cinquantaine de stations fermées au centre de Paris, obligeant les manifestants à parcourir les distances à pieds.

4/ Nassage des groupes de manifestants parvenus à pieds sur les points de ralliements intermédiaires (Opéra, parvis Saint-Lazare, place de la République….) afin de les dissuader de se regrouper sur les Champs-Élysées pour faire nombre (nombreux témoignages indiquant que s’il était facile aux GJ d’accéder à ces points de ralliement, il était impossible d’en sortir).

5/ Blocage de toutes les voies latérales menant aux Champs-Élysées en multipliant les contrôles vexatoires dissuasifs (5 à 6 contrôles par manifestant tentant de s’engager par ces voies).

Trouver la parade

On le voit, le cœur de la stratégie défensive concerne Paris, plus médiatiquement exposé. Force est de reconnaître que cette stratégie a plutôt bien fonctionné le 15 décembre.

Reste aux Gilets jaunes à en prendre connaissance et à trouver les parades pour éviter les différents barrages opposés à leur progression :

  • blocage de la capitale pour poursuivre le travail d’usure contre les défenseurs de l’ordre ?
  • blocages redoublés en province, plus difficiles à neutraliser par un pouvoir par essence centralisé ?…

Le fait est que les Gilets jaunes semblent rester mobilisés et que de nouvelles stratégies germent dans les esprits qui pourraient abandonner l’épreuve de force nationale pour une guerre d’usure plus localisée et beaucoup plus difficilement contrôlable.


EDIT – La photo publiée un temps en en-tête s’est révélée être un fake. Le cliché date en réalité du 17 novembre et présente un blocage de péage par les Gilets jaunes. Toutes mes excuses pour cette erreur.
Il n’empêche que le fond du billet reste tout à fait d’actualité, lui, puisque les blocages policiers de Gilets jaunes en province et aux abords de Paris le 15 décembre sont avérés, confirmés par des décisions préfectorales officielles.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.