Gilets jaunes acte V : le pouvoir est au bout du rouleau

Gilets jaunes acte V : le pouvoir est au bout du rouleau

Craquements sinistres dans le rafiot du pouvoir à la veille de l’acte V des Gilets jaunes. À l’évidence, celui-ci a été touché et marque le coup.

Depuis quelques jours, les autorités multiplient les signes d’affaiblissement et de désarroi. La tentative d’instrumentaliser l’attentat de Strasbourg en faisant surjouer les violons de l’émotion a fait long feu.

Benjamin Griveaux [photo], porte-parole du gouvernement, en est à implorer les Gilets jaunes de se montrer « raisonnables » et  de « ne pas manifester » samedi 15 après l’attentat de Strasbourg. Le malheureux tente les derniers feux mouillés d’une langue de bois pourtant éventée : ça y est, les gars, votre colère s’est « exprimée », « a été entendue » par le gouvernement qui y a « répondu ».

Et d’implorer à la compassion… pour les policiers (« nos forces de l’ordre et de sécurité ont été mises à contribution énormément ces dernières semaines »). Laurent Berger, secrétaire du syndicat CFDT, lui a aussitôt embrayé le pas : oh, les gars, il serait « de bon ton » de ne pas manifester samedi « pour ne pas surcharger la barque des policiers » dont « on voit bien l’extrême fatigue » après Strasbourg.

Le président de la République lui-même est ébranlé, son autorité bafouée, au point qu’il vient d’être obligé d’essayer de redorer son blason devant ses alter egos de Bruxelles et de justifier ses maigres concessions aux émeutiers… en reconnaissant la suprématie du peuple en matière de décisions politiques [😂] :

« Aucun pays n’avance s’il n’entend pas la colère légitime de son peuple. »

On croit rêver ! En face, du côté Gilets jaunes, la détermination semble intacte. Les points de blocage, occupés jours et nuits malgré les intempéries, restent bien en place. Les cibles des actions ont été intelligemment sélectionnées avec une remarquable maturité : les symboles du pouvoir politique, les grands lobbies économiques et financiers (grandes enseignes commerciales, dépôts pétroliers, banques…), plutôt que les simples particuliers qui gardent du coup une opinion très favorable du soulèvement.

L’acte V du 15 décembre – avant l’acte VI déjà envisagé pour le samedi 22 décembre – sera donc déterminant pour la suite de cette révolte populaire qui apparaît de plus en plus comme l’ébauche d’une vraie révolution populaire.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.