Un Référendum d’initiative citoyenne est impensable avant le départ du président Macron

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 85

On entend beaucoup sur les réseaux l’appel à un Référendum d’initiative citoyenne (RIC) de la part des Gilets jaunes pour un renvoi du président Macron

Problème : en l’état actuel des choses (et des institutions de la 5e République toujours en place), un RIC sur le renvoi de Macron suppose l’autorisation… de Macron, toujours président en exercice.

Exiger un RIC aujourd’hui, c’est le chat qui se mord la queue, la charrette avant les bœufs. Mesure certes indispensable dans une nouvelle République, le RIC est inenvisageable dans le cadre des institutions verrouillées  de celle qui est en train de mourir.

Sondage : une écrasante majorité de Gilets jaunes donne la priorité à la création d’une Assemblée citoyenne

Il semble heureusement que parmi les Gilets jaunes, une majorité d’entre eux soit un peu plus lucide.

Dans un sondage organisé par Priscillia Ludosky, une des initiatrices du mouvement des Gilets jaunes, une écrasante majorité des participants (51.936 réponses contre 25.486 au RIC) réclame d’abord la création d’une Assemblée citoyenne, initiative qui peut d’ailleurs se passer dès à présent d’autorisation du président Macron. Et qui serait précisément chargé de mettre en œuvre sans tarder les fondations d’une nouvelle République, après le départ de Macron et la dissolution des institutions de la 5e République.

Outre la mise en place par anticipation d’une Assemblée citoyenne, le seul objectif qui vaut aujourd’hui pour le mouvement des Gilets jaunes est de poursuivre leur pression dans la rue pour contraindre le président en place à démissionner (ou à être démissionné).

Après, et seulement après, pourra être inscrit dans une nouvelle Constitution, la possibilité du Référendum d’initiative citoyenne.

A propos de Pierrick Tillet 3812 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.