Un pilote de chasse turc : « l’avion russe n’était pas une menace pour la Turquie »

DWN-Russland-Turkei-Abschuss-Nato-600x480.jpg

Quelques heures après l’affaire de l’avion russe abattu, la polémique fait rage en Turquie et fait apparaître les incohérences criantes de la version officielle turque : comment les pilotes russes ont-ils pu être averti << cinq à dix fois >> alors que chacun admet que leur avion n’a pu rester qu’une dizaine de secondes au-dessus de l’espace aérien turc ?

Tant d’amateurisme troupier ferait presque sourire s’il ne menaçait pas la planète d’un embrasement généralisé. Car la Turquie fait partie de l’Otan et les règles de l’Otan imposent aux autres pays membres de voler au secours d’un des leurs quand il est menacé ou attaqué.

L’article qui suit est paru dans un média allemand, Deutsche Wirtschafts Nachrichten.


Beyazit Karatas, pilote de chasse turc de haut rang, a déclaré que l’avion de combat russe ne posait de facto aucun danger pour la Turquie. En abattant l’avion, une grosse erreur inutile a été commise. << La Turquie doit faciliter un rapprochement du camp atlantiste avec la Russie et la Chine >>, a déclaré Karatas à la chaîne de télévision Ulusal. L’ancien ambassadeur turque, Onur Öymen, soutient Karatas. Il considère que la Turquie a fait une erreur stratégique.

Les États-Unis eux-mêmes reconnaissent que l’appareil n’a survolé le territoire turc que quelques secondes, sinon pas du tout. Selon l’agence Reuters, l’avion de chasse russe abattu a violé l’espace aérien turc pour une courte période. Cela a duré quelques secondes avant que l’armée turque n’abatte l’avion de chasse Su-24, a déclaré mardi un spécialiste, sous couvert d’anonymat. La Turquie a affirmé avoir averti dix fois les pilotes — ce qui est impossible en quelques secondes. Dans la soirée, la Russie a affirmé qu’il n’y avait eu aucun des contacts visuels d’usage entre les pilotes russes et les Turcs.


xxx

A-aaa1.jpg
Trajectoire de l’avion russe selon la version officielle turque

Selon l’ambassadeur de Turquie à l’ONU, Halit Cevik, deux avions russes ont survolé l’espace aérien turc pendant 17 secondes. Un responsable militaire américain a confirmé cette information, mais il était difficile de savoir si la force aérienne turque avait tiré lors de l’infraction dans l’espace aérien ou seulement après que les appareils russes soient de nouveau au-dessus de la Syrie.

Le chef du parti de gauche Patrie patriotique (VP), Dogu Perincek, a fermement condamné les tirs sur des avions russes. « Le tir sur l’avion russe — que ce soit par air ou du sol — constitue une menace pour l’unité nationale de la Turquie. La Turquie ne peut préserver son unité nationale si elle ne coopère pas avec des pays comme la Russie, la Chine et les États d’Asie centrale. La guerre contre le terrorisme n’est possible qu’en coopérant avec ces pays. Par ce tir, Erdogan a fait le jeu de ceux qui veulent diviser la Turquie. La défense obstinée des intérêts américains ont fait tombé la Turquie dans un piège. Le gouvernement Davutoglu-Erdogan a ouvert un chapitre sombre de l’histoire de la Turquie >>, a déclaré Perincek au quotidien Aydinlik.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que la Turquie avait le droit de protéger ses frontières. L’OTAN a soutenu la version turque du viol de l’espace aérien turc par l’avion russe. Le ministre fédéral des Affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier, a mis en garde contre une grave menace sur les efforts de paix en Syrie.

L’avion russe Su-24 a été prévenu cinq à dix fois qu’il avait franchi la frontière turque, a déclaré M. Erdogan à Ankara. L’appareil a poursuivi son chemin sans modifier sa trajectoire et a ensuite été abattu par des avions intercepteurs F-16. << Personne ne doit douter que nous avons tout fait pour éviter cet incident >>, a conclu le président turc.

=> Source : Deutsche Wirtschafts Nachrichten


Bonus : une lettre turque confondante révélée par Wikileaks

La lettre ci-dessous révélée par Wikileaks a été adressée par Ankara au Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, et aux 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU le 24 novembre.

TurkeyUNLetter.png

Traduction du passage souligné : << Malgré les avertissements, les deux avions, à une altitude de 19.000 pieds, ont violé l’espace aérien national turc à une profondeur de 1,36 miles et sur 1,15 miles de longueur pendant 17 secondes à partir 9:24:05 heure locale. >>

Réplique immédiate des matheux de Wikileaks :

Leaks_tweet.png

Vous avez compris, selon la version officielle turque, des jets capables d’atteindre la vitesse de 1320 km à l’heure, survolaient peinards un territoire interdit à 391 km/h, quasiment leur vitesse de décrochage !

=> Source : Zero Hedge

A propos de Pierrick Tillet 3742 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.