VACCINATION H1N1 : LES MÉDIAS TOUCHENT LE FONDS

S’il est une victime de taille de la grippe A H1N1, c’est bien l’honneur de la presse et des médias confits du microcosme. Comme aux beaux jours du référendum sur le projet de constitution européenne, ils s’en donnent à cœur joie dans la propagande à sens unique, relayant sans même plus de précaution, ni dans la forme, ni dans le fonds, la déjà pitoyable campagne de vaccination lancée par les « autorités » (sic) politiques.

Déchaînés, ils sont, ces pauvres poulets ! Que n’a-t-on lu et entendu, tous ces jours, en Une de tous leurs journaux, dans tous les titres de tous leurs communiqués ! La grippe porcine, couteau entre les dents, qui allait carrément (j’exagère à peine) attaquer les petits enfants. __Des manœuvres manifestes de désinformation__ Et que je te pointe le nombre de morts (une poignée, dix fois moins que celui des victimes de la bonne vieille grippe de grand-mère ou des accidentés de la route). Et que je te claironne la nouvelle ruée sur les centres de vaccination (officiellement 300.000 de plus en une semaine… sur plus de 60 millions d’habitants, 94 millions de doses de sérum, un exploit à coup sûr). Et que je te dramatise en ergotant sans rien savoir sur les mutations menaçantes du virus ; en appelant à la réquisition de l’armée, du médecin de famille, de l’étudiant en médecine… Pas le moindre examen, pas la moindre réflexion un tant soit un peu contradictoires. Sent-on une « légère réticence » de la population à aller se faire piquer, qu’ils envoient l’artillerie lourde de leurs « spécialistes » et autres trucologues pour river le caquet à ces trouillards. N’y aurait-il qu’un malheureux pékin à la porte du centre de vaccination que c’est lui qu’ils intervieweraient. Bref, du bachelotage obséquieux dans le texte ! Même pas la peine d’appuyer nos affirmations par des exemples précis. PERSONNE ne peut échapper à leur rouleau-compresseur. Nous ne sommes même plus au niveau du déficit d’information, mais à celui de la désinformation avérée. __Une victime présentant bien d’autres pathologies de maladies dégénérescentes__ Remarquez, ils n’en sont pas à leur coup d’essai. On a rappelé l’épisode du référendum sur la constitution européenne. On pourrait citer des tas d’autres cas de manipulations aussi lourdingues, des tentatives de discréditer tous mouvements sociaux (par les micro-trottoirs d’usagers mécontents), aux farces comiques façon burqa menaçante, en passant par la soupe sarkozienne. On pourrait rire de toutes ces pitreries. Ce serait oublier qu’ils sont parvenus à dénaturer et à pervertir jusqu’à notre démocratie elle-même. En filtrant et en écartant tous les grains des sables qui pourraient détériorer son fonctionnement bien pensant (c’est-à-dire « pensant » dans le même sens qu’eux et leurs maîtres). Honte ! Et ils accusent Internet de manipulations et de complots ! Une seule chose de rassurante dans leur naufrage : ils ne réussissent plus tous leurs sales coups. Ils s’étaient déjà sérieusement faits moucher lors du référendum de 2005. Ils sont en passe de prendre une autre gamelle avec cette histoire de vaccination. Car manifestement la sauce ne prend pas. L’opération de vaccinations lancée tout récemment dans les établissements scolaires patine. Les queues et la longueur de l’attente aux portes des centres prévus à cet effet ne stigmatisent que l’incurie des services de santé à assurer correctement leur mission. Même sur un aussi faible nombre d’impatients patients. La presse et les médias traditionnels se meurent, dit-on ? Faute de vaccin contre le ridicule et le grotesque, pas étonnant. Nul ne sait encore les dégâts qu’occasionnera la pandémie en cours dans les populations. Mais on constate au moins ceux qu’elle a déjà fait subir à ces tartuffes journaleux.

A propos de Pierrick Tillet 3809 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.