LE GRAND BOUCHE-TROUS NATIONAL

Nous avons une drôle de manie nous autres les humains, celle de parer nos faits et gestes d’atours pompeux, plus pour en masquer les intentions réelles que pour véritablement les éclairer. Ainsi, rappelez-vous, cette bonne vieille [vignette-auto|http://fr.wikipedia.org/wiki/Vignette_automobile] qui devait garantir un revenu minimum à toutes les personnes âgées. Lesquelles, évidemment, sont mortes sans n’en avoir jamais rien vu.

Ainsi ce jour férié « offert », primitivement le lundi de Pentecôte, en « solidarité avec les personnes dépendantes ». Hého les « personnes dépendantes », avez-vous vu quelque chose venir ? __Un vulgaire bouche-trou pour caisses publiques en déroute__ Voilà le tour de notre « grand emprunt national ». Ah, elle en a tenu des réunions, la digne commission, elle en a fait des contorsions, Rocard en tête, pour nous faire avaler le morceau ! Quelles « priorités nationales » pour l’utilisation de ce grand emprunt ? * Soutien à l’enseignement supérieur et à la recherche ;%%% * développement de l’économie numérique ;%%% * bioéconomie ;%%% * énergies renouvelables ;%%% * villes de demain ;%%% * « mobilités du futur » (sic) ;%%% * soutien aux PME innovantes… N’en jetez plus, la coupe des lieux communs en vogue est pleine ! Je vous fiche ce billet qu’aucun de ces sept volets ne verra la couleur d’un seul centime, sauf à se révéler miraculeusement juteux pour quelques rapaces privés. Notons également que ces grandes ambitions auraient tout aussi bien pu être financées par l’impôt. Mais non, cela auraient privés les souscripteurs fortunés du gains des intérêts de l’emprunt en question, faut tout de même pas charrier ! En réalité, il ne faut pas être grand clerc pour savoir que cet emprunt éperdu ne servira finalement qu’à alimenter en catastrophe des caisses publiques désespérément vides. Un peu à la manière du modeste clampin contraint de taper quelques Sofinco cupides pour payer ses impôts et les dettes de ces dettes. Le grand emprunt, finalement, n’est qu’un vulgaire bouche-trou outrageusement maquillé, l’aveu d’échec cinglant du plan de relance de ce pauvre Devedjian, à qui il ne reste pourtant que cet os à ronger vu que « l’autre », le chef, le vire à peu près de partout, Epad compris. __Une ambition affichée incompatible avec la logique d’un système perverti__ L’ambition affichée du grand emprunt justifierait cependant celui-ci si elle n’était pas incompatible avec la logique d’un système poussé dans ses derniers retranchements. Mais rien de changé dans les pratiques quotidiennement constatées de celui-ci. Qu’est-il advenu des fonds injectés par les différents plans de relance de fin 2008, qui étaient censés être réinjectés dans un système économique en panne sèche ? Rien. Juste captés comme d’habitude par les mêmes rapaces financiers qui se sont remis aux mêmes petits jeux pervers et totalement stériles qu’avant. Hého artisans, commerçants, PME, qu’avez-vous vu venir ? L’étonnant n’est pas que [54% des Français s’opposent à ce grand emprunt|http://www.france-info.com/france-politique-2009-11-10-2-francais-sur-3-jugent-mauvaise-la-politique-economique-du-367018-9-10.html], mais qu’il en reste 39% (7% ne se prononçant pas) pour gober de telles niaiseries. __Une « majorité silencieuse » en marge de ce jeu de dupes__ Il est vrai que le jeu ne concerne plus vraiment le grand public, cette autrefois fameuse « majorité silencieuse » (jusqu’à quand ? ). Nulle chance de trouver des souscripteurs dans les files d’attente du Pôle emploi. De la dette publique supplémentaire que rembourseront « nos enfants » ? Bof, au point où nous en sommes, peu de chances que « nos enfants » puissent un jour rembourser de telles sommes. Ceux-là ont plus à craindre des séquelles collatérales de la crise : la dislocation inéluctable des protections sociales élémentaires, le pourrissement des infrastructures publiques, l’effondrement des aides aux plus démunis… Non, le plus drôle est que le grand emprunt va se jouer cette fois entre riches. Car seuls les riches (plus la volée habituelle des petits épargnants gogos) seront en mesure financière de participer à l’aventure. Bien périlleuse aventure, car vu l’état de délabrement actuel du système, je serais eux, je me ferais des cheveux ! L’ombre des maléfiques [emprunts russes|http://fr.wikipedia.org/wiki/Emprunt_russe] rôde sur les ruines.

A propos de Pierrick Tillet 3744 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.