LES FRANÇAIS QU’ILS SONT

((/public/Francisque.png|Francisque.png|L)) »Identité nationale » ! Donc, ils en sont arrivés là ! Un grand débat sur l' »identité nationale ». Pour meubler quel vide ? quel tortueux stratagème ? L’identité nationale ne se décrète pas. Elle se ressent. Ou non.

Je ne me sens d’aucune identité d’aucune sorte avec les prédateurs qui gouvernent aujourd’hui mon pays. Je n’entonnerai certainement pas la Marseillaise avec eux. Que ces détestables personnages aient l’assentiment du plus grand nombre m’est totalement indifférent. Dans ma morale à moi, c’est la conscience individuelle qui prime sur les diktats du fait majoritaire. Qui n’est qu’un pis-aller. Or, ma conscience individuelle à moi m’intime aujourd’hui de prendre mes distances vis-à-vis de ces malfaisants. Et même de leur résister. Je ne garde des lois que celles qui sont en accord avec ma conscience individuelle. Les autres, les leurs, ils peuvent se les mettre où je pense ! Je trouve indécent et déplacé d’accepter de discuter d’identité nationale avec ces gens au service entier d’un petit clan social de rapaces. Leur manœuvre n’est qu’un grossier guet-apens. D’eux ne peut venir que le pire et l’inacceptable. La gestion de la situation actuelle dans toutes ses facettes (économique, sociale, politique, financière, policière, judiciaire…) le démontre au quotidien. Nul aujourd’hui ne peux l’ignorer, sauf ceux qui s’y résignent ou s’en accommodent. Par faiblesse ou par lâcheté. J’exècre ces potentats gris et morbides. Nulles circonstances atténuantes pour eux. Aucun rapprochement envisageable. Pas d’identification décente possible. J’aurais trop honte d’être les Français qu’ils sont.

A propos de Pierrick Tillet 3651 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.