Les propositions peu satisfaisantes de la France insoumise aux Gilets jaunes

Les propositions peu satisfaisantes de la France insoumise aux Gilets jaunes

Il est hélas fort peu probable que les Gilets jaunes soient vraiment convaincus par les propositions que vient de leur adresser la France insoumise.

Sur les 7 propositions émises par la FI, seules deux touchent directement et immédiatement les Gilets jaunes :

– la suspension des hausses des taxes sur les carburants ;
– la réception d’une délégation de gilets jaunes à l’Assemblée Nationale dans le cadre des discussions budgétaires pour que leurs propositions soient entendues par les députés.

Les  cinq autres, même si elles s’imposent et sont nécessaires pour entamer un début de rétablissement de la justice fiscale, ne les concernent que très indirectement ou très lointainement :

– le rétablissement de l’ISF ;
– la fin des niches fiscales anti-écologiques (kérosène aérien, fioul des bateaux de croisière, gazole routier) ;
– la fin de l’injustice fiscale par l’établissement de 14 tranches d’impôts ;
– la re-nationalisation des autoroutes ;
– la réaffectation des 40 milliards du CICE à la transition écologique, notamment de façon prioritaire vers la rénovation thermique des 7 millions de logements “passoires”.

Des propositions qui font fi de l’état d’urgence sociale à l’origine du soulèvement

Cette liste, disons “à côté de la plaque”, fait fi de l’état d’urgence sociale qui est à l’origine du soulèvement des Gilets jaunes. Il suffit de parcourir les points de blocage des Gilets jaunes pour constater qu’aucune des propositions de la FI n’y est affichée, à peine celle de la suspension des taxes sur les carburants.

Le programme de la FI, L’Avenir en commun, comporte pourtant un chapitre précisément intitulé “L’urgence sociale”, et comportant une série de mesures tout à fait à même d’interpeller les émeutiers : aucun minima social, aucun revenu, aucune retraite en dessous du seuil de pauvreté, une allocation d’autonomie de 3 ans pour les 18-25 ans.

Il est bien sûr totalement irréaliste d’imaginer que le régime Macron, un gang de tocards complètement assujetti à la finance mafieuse, puisse mettre lui-même en œuvre de telles mesures d’urgence. Et c’est précisément ce qu’ont bien compris les Gilets jaunes eux-mêmes, dont la principale revendication est de demander à Emmanuel Macron de « dégager ».

C’est pourquoi la FI aurait été également bien inspirée de les soutenir dans leur épreuve de force visant à obtenir, face à la pression populaire, un référendum révocatoire ou une démission de l’intéressé.

Il est enfin une proposition de la FI… dont la FI aurait dû elle-même s’inspirer : plutôt que d’inviter les Gilets jaunes à venir exprimer leurs revendications à l’Assemblée nationale, elle aurait dû elle-même, en tant que relais politique d’opposition, aller consulter les Gilets jaunes avant d’émettre des propositions qui ne peuvent que laisser ces derniers sur leur faim et leur colère.

=> Voir les propositions de la France insoumise aux Gilets jaunes

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.