SALUT À TOI !

((/images/Salut.jpg|salut a toi !|L))Voilà les vacances ! Un rituel qui ne profite pas forcément à tout le monde, je sais, loin de là. Mais une petite période qu’on peut mettre à profit pour faire un tout petit pas de côté. Un break régénérant loin de la grisaille du monde des tristes. Une sarabande endiablée de la meute. Juste pour recharger les accus. Et se sentir complètement invincibles. Au moins l’espace d’un court instant. Hors de la portée des flèches imbéciles que détournent nos rires.

Ne croyez-pas que j’ai décroché de la lune ! Ne croyez surtout pas, parce que je n’en parle plus depuis quelques temps, quelques billets, que le formidable pataquès mondial en cours m’est soudain devenu étranger. Simplement, aujourd’hui, ce carnage n’exige plus vraiment de commentaires acides. Plus besoin de se casser pour les casser, ils se brisent tout seuls ! Pas besoin de se crever à les crever, ils se percent eux-mêmes à qui mieux mieux. Tant pis pour les veaux ! Tant pis pour les bêlants. Ils étaient prévenus. Et que ça pète, et que ça se désintègre, et que ça se vautre de partout ! Oh, ce bordel, nom de dieu de nom de dieu de chez nom de dieu ! Oh, ce feu d’artifice apocalyptique ! Des trains qui se bloquent, des catastrophes en cascade, un président chiant ses aigreurs en off sur un média du net, des Palestiniens qui attaquent des autobus israéliens à la pelleteuse, des Iraniens qui ricanent et menacent, des Sud-américains qui expulsent des Européens en représailles de la directive européenne sur  » »le retour » », des places financières qui continuent de s’effondrer jour après jour (-46 % pour le CAC 40 depuis octobre 2007 ! Vous vous rendez compte : –46 %, soit presque la moitié d’une fortune partie en fumée en un claquement de doigt !) Stop, n’en jetez plus ! Et ce n’est pas la libération d’Ingrid Betancourt, avec cette récupération dégoulinante par le foutriquet de l’Élysée qui y changera grand chose. Ce sont « les autres » qui m’intéressent, maintenant. Mes deux derniers billets ont été plutôt perso. Et les commentaires à l’avenant. C’est drôle comme les gens d’une meute peuvent se révéler, comme ça, sur une ou deux tocades émotionnelles. Je m’aperçois qu’une bonne partie des visiteurs de ce site sont des sang-mêlés (Myriam, Âge de déraison, Sybille…). Que d’autres démarrent en fanfare sur la moindre sollicitation sentimentale, sur le premier vagissement du premier nouveau-né venu, et la danse du scalp de son grand-père. Hou hou hou, ça me plaît bien, oui vraiment, ça me plaît vraiment bien, cette tournure débridée des choses ! J’adore aller jeter un œil sur les stats de visites. Pas pour la comptabilité des voyageurs, mais pour savoir d’où viennent tous ces gens, où ils vont, qui ils sont, quelles couleurs, quelles odeurs, quels enthousiasmes, quels chagrins inconsolables, quelles colères, quelles exubérances, quels espoirs, quelles raisons de passer par ici… Oh, cette tumultueuse imagination qui soudain vous étourdit ! Salut à vous, les fidèles ! Salut à toi, l’oiseau de passage ! ///html

>

///

A propos de Pierrick Tillet 3741 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.