Pierre Charasse : « La crise ukrainienne accélère la recomposition du monde »

La_tour_de_Babel.jpg
Illustration choisie par Pierre Charasse pour son blog

Pierre Charasse (non, pas Michel !) est un ancien ambassadeur. Il tient aujourd’hui un très intéressant blog au titre éloquent — La tour de Babel — consacré à une analyse critique de la mondialisation. Il vient de donner ses conclusions sur l’affaire ukrainienne. Saignantes pour l’Otan et le G7.

La crise ukrainienne, écrit Pierre Charasse, révèle à quel point les populations occidentales sont manipulées par leurs médias, distillant le venin d’une russophobie imbécile, noyant les explications pourtant brillantes de Poutine sous le déluge des réactions toutes plus stupides les unes que les autres des suppôts de l’Otan.

À la différence des Occidentaux, Poutine, en bon joueur d’échec, << a plusieurs coups d’avance grâce à une connaissance profonde de l’histoire, de la réalité du monde >>, écrit encore Pierre Charasse.

Bien aidé par la bêtise suffisante de ses adversaires, se riant de l’agitation névrotique d’e l’Union européenne, le voilà en passe de conjurer le signe indien hérité de la chute de feu l’empire soviétique.

Le G7 et sa fessée sado-masochiste

En face ? Eh bien en face, ça patauge sévèrement. Comme en témoignent les vaines rodomontades d’un G7 appliqué à s’auto-administrer ce qu’un ancien ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, appelle méchamment une << punition sado-masochiste >>.

En novembre prochain, il y aura un G20 à Brisbane en Australie, c’est-à-dire les membres du G7 plus les pays des BRICS. Pierre Charasse :

<< Il est à peu à peu près sûr qu’il y aura une majorité au sein du G20 pour condamner les sanctions à la Russie, ce qui de fait reviendra à isoler le G7.  >>

Car par leurs tours de force foireux à répétition, nos glorieux sponsors de néo-nazis putschistes auront réussi l’exploit de souder un peu plus  le monde des émergents. Et se les mettre à dos.

Vents contraires

Fort de son avantage sur le terrain énergétique (ah, ce gaz obstinément russe !), Poutine va se rendre en Chine courant mai pour y signer un accord de coopération aussi bien stratégique que financier, puisque les transactions ne s’y promettront plus en dollar, mais dans les monnaies nationales des deux nouveaux alliés. Pierre Charasse :

<< Et dans le même mouvement de rapprochement la Chine et la Russie pourraient signer un accord de partenariat industriel pour la fabrication du chasseur Sukhoï 25, fait hautement symbolique. >>

Les vents contraires, note Pierre Charasse, soufflent de partout, et s’approchent même dangereusement des frontières de l’empire vacillant :

  • l’accord de coopération conclu en 2002 entre la Russie et l’OTAN pour acheminer via le territoire russe un matériel logistique indispensable en Afghanistan ne tient plus qu’à un mauvais fil ;
  • la Banque de développement que les BRICS souhaitent opposer au FMI et à la Banque mondiale, pourrait bien éclore lors de leur prochain sommet de juillet au Brésil ;
  • enfin, lors du G20 de Brisbane, il sera intéressant de suivre la position du voisin mexicain, tiraillé entre la crainte de rester à bord du Titanic occidental et l’envie pressante de rejoindre le radeau de survie de ses compagnons émergents d’infortune.

Aller plus loin

La crise ukrainienne accélère la recomposition du monde (sur le blog La Tour de Babel)

A propos de Pierrick Tillet 3813 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.