LA MORALE

((/images/Morale.jpg|Morale|L))Et voilà, ça y est, on l’attendait, elle est là : LA MORALE sera mise en leçons dans les écoles dès la rentrée prochaine. Décision officielle proclamée aujourd’hui vendredi 15 février 2008 à Périgueux, France, fief du ministre de l’éducation nationale, par un type digne de l’internement. Et d’abord, QUELLE MORALE ?

Tu respecteras la sainte trinité Bolloré, Lagardère et Parisot ? Tu ne siffleras pas les valeureux capitaines d’industries qui augmentent leurs revenus astronomiques de plus de 40% par an quand des centaines de milliers de personnes n’ont même pas 1.000 euros mensuels pour vivre ? Tu respecteras ton prochain en saluant les kapos qui gardent les centres de rétention où croupissent tes « égaux », les exclus ? Quelle vaste connerie ! Quelle fumisterie ! Toute cette boue ne mériterait qu’un immense éclat de rire ou un cinglant coup de cravache, s’il n’y avait le risque que le vaste troupeau des soumis ne répercute ces glauques instructions. On attend en tremblant de connaître la réaction des Rectorats, des Académies, des corps d’inspection, des enseignants eux-mêmes. On attend en frémissant le point de vue des associations de protection de l’enfance, des éducateurs, des fédérations de parents d’élèves, des parents eux-mêmes… Qui osera encore prétendre aujourd’hui que notre société n’est pas gangrénée par le syndrome du « pétainisme », cette version gauloise à peine plus sobre que ses modèles de l’époque : l’univers hautement éducatif et MORAL des Jeunesses hitlériennes nazies, des  »balilla » fascistes mussoliniennes, des  »Jovenes franquistas ». Tous, oui tous les salauds finissent par avoir leur jeunesse attitrée ! Au garde-à-vous, beuglant l’hymne national alignée sous le drapeau flottant aux vents mauvais, tous réunis par l’esprit de sacrifice.  » »L’hymne national ne se siffle pas. Le drapeau pour lequel nos anciens sont morts… et bien on se lève… 11.000 enfants victimes de…  » » N. Sarkozy, 15/02/2008, Périgueux, France). À quand les Jeunesses sarkoziennes ? … ///html

*****

/// En quelques jours, des pans entiers de notre dignité nationale viennent de s’écrouler avec fracas. « Jamais je n’aurais cru que… » Eh non, personne n’aurait osé croire que… Pourtant… La situation économique et sociale va lentement continuer à se dégrader, poussée par l’irrésistible récession qui se profile aux États-Unis. Et par la paraplégie financière galopante du système néolibéral. Les esprits vont se braquer, les chiens repus vont se crisper sur leurs os, les veaux seront gavés à la farine émotionnelle et à grandes lampées de leçons moralisatrices. Craignons cependant dès à présent l’overdose, redoutons que ces calamités nauséeuses ne débouchent à terme sur des affrontements civils autrement dramatiques. Pour ma part, je saurai clairement où est mon camp.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.