Mélenchon bashing : le goût de la cendre, l’odeur de la merde

Mélenchon bashing : le goût de la cendre, l’odeur de la merde

Il n’aura pas fallu une semaine pour que les perquisitions contre Jean-Luc Mélenchon ne répandent leur goût de cendre et leur odeur de merde. Et c’est Mediapart, ravalé au rang de la pire presse de caniveau, qui s’y colle en premier.

« Les découvertes des perquisitions  Mélenchon », titre Mediapart en une. À propos des deux affaires qui servirent de prétextes au procureur pour mener sa procédure ? Les comptes de campagne présidentielle du candidat FI ? Les ex-attachés parlementaires de l’ex-député européen ?

Eh bien non, figurez-vous, à propos de « la proximité de Jean-Luc Mélenchon et de la communicante Sophia Chikirou » et de « la découverte de plus de 12 000 euros en liquide au domicile d’un des plus anciens proches du leader insoumis ».

Le cul et la fortune du pauvre à défaut d’autres choses

Le cul et l’argent ! La vie privée et les petites économies des protagonistes. Pour illustrer son torchon, Mediapart y va d’une photo de Jean-Luc Mélenchon et de Sophia Chikirou qui circule beaucoup en ce moment… mais qui date d’avril 2012 !

Dites-moi un peu ce que viennent faire les détails de la vie privée (supposée ou réelle) des protagonistes dans une affaire qui concerne au départ tout autre chose ?  Dites-moi comment les détails d’une enquête de “justice indépendante” (sous tutelle politique du ministre de la Justice quand même) ont pu fuiter aussi rapidement dans la presse pourrie, si ce n’est pour confirmer la réalité d’une campagne orchestrée contre un leader d’opposition par une oligarchie politico-médiatique aux abois ?

12.000 euros en liquide ? Mais c’est la fortune du pauvre, ça ! Une somme que je confesse avoir eu en poche bien des fois moi-même et qu’une perquisition en règle chez des petits artisans, commerçants, auto-entrepreneurs vous ferait découvrir à foison ! Voulez-vous que l’on vous rappelle les sommes en liquides manipulées en leur temps par un  Claude Guéant, un Éric Woerth ou un Jérôme Cahuzac, qui se chiffraient en centaines de milliers d’euros, sinon en millions ?

Quand se répand la cendre, quand déferle la merde, on fait bloc, vous comprenez ?

La France est aujourd’hui un pays au bord de la crise de nerf et des pétages de plomb en série. C’est un passage obligé des grandes périodes de mutation, de révolution. Mais certains s’en sortent mieux que d’autres. Ou pire. Je ne parle évidement pas ici, ou plus, des langues de pute de l’éditocratie déchaînée, mais d’autres dont on n’attendait pas qu’ils se joignent à la meute vociférante. Ainsi Tatiana Ventôse qui fit jadis partie du collectif #OnVautMieuxQueÇa et qui vient de participer à la curée anti-Mélenchon en nous infligeant une incroyable vidéo-démolition faite d’un condensé d’aigreurs mal recuites.

Ben non, Tatiana, il est dit que certains ne valaient finalement pas “mieux que ça”. Et tu sais quoi ? Mélenchon s’en remettra beaucoup plus vite et mieux que toi. Je te plains.

Certains m’objecteront, en multipliant les liens vers d’anciens billets du yetiblog, que je n’ai moi-même pas toujours été tendre, et même assez vache, envers ceux que je défends aujourd’hui. Eh oui, il arrive aussi que l’on s’engueule sérieux avec des amis, des proches, nos enfants ou nos conjoints. Mais quand se répand la cendre, quand déferle la merde, on fait bloc, vous comprenez ?

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.