Mélenchon, retraités, classes moyennes, précaires, chômeurs, jeunes… : une même et saine colère

Mélenchon, retraités, classes moyennes, précaires, chômeurs, jeunes… : une même et saine colère

Vous savez quoi, je les trouverais presque assez timorées, moi, les colères de Jean-Luc Mélenchon, vu les saloperies qui sont aujourd’hui commises en France par les salopards au pouvoir.

À part quelques coups de sang sporadiques, avec son respect quasi intégriste d’institutions politiques françaises pourtant en pleine déliquescence, je le trouve un peu trop gentil, Mélenchon, comme lorsqu’il est tombé nez à nez avec le trou du cul Macron dans un bar marseillais, en faisant profil bas.

J’entendais il y a quelque temps sur une émission de radio dont je ne me souviens plus le nom, son lieutenant Quatennens dire qu’il attendait du président Macron une inversion de cap de sa politique. Trop tendre, l’ami, trop naïf ! Il n’y a rien, absolument plus rien à attendre du Voyageur-Représentant-Placier qu’est l’hôte de l’Élysée, entièrement au service de ses commanditaires financiers.

Seule une colère populaire débordante est aujourd’hui à même de sauver la France d’un effondrement lamentable

Toutes ces colères, on sent pourtant qu’elles couvent, partout dans le pays, prêtes à éclater, dans tous les milieux sociaux, les retraités grugés, les classes moyennes méprisées, les précaires, les chômeurs, les jeunes… La colère de Mélenchon les incarne toutes, mais on ne sent pas encore le liant qui les fédèrerait et les ferait enfin déborder.

Que les pisse-vinaigre nous épargnent leurs leçons pincées sur les mérites de la retenue et le nécessaire respect des règles républicaines. Elle est née comment, la République, en 1789, sinon par une très violente explosion de colère du peuple ? Elles sont où, les lois républicaines, dans un pays livré pieds et mains liés aux lobbies, aux riches et à la mafia financière ? C’est quoi cette sacro-sainte démocratie qui nous a donné pour quinze interminables années comme présidents un voyou, un con et un VRP grotesque qui joue les roitelets d’opérette ?

Voulez-vous que je vous dise, seule une colère populaire débordante est aujourd’hui à même de sauver la France d’un effondrement lamentable (2022, c’est trop tard). Je n’attends pas de Mélenchon qu’il contienne sa colère, mais qu’il l’a laisse au contraire exploser en fédérant derrière lui toutes les autres colères, celles des retraités, des classes moyennes, des précaires, des chômeurs, des jeunes…

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.