PATAQUÈS CHEZ LES GROS RICHES

Cher José Bové, J’apprends que tu viens d’entamer une grève de la faim avec quelques compagnons pour obtenir la signature de la clause de sauvegarde promise interdisant la culture du maïs OGM. J’ai lu que vous aviez soigneusement préparé cette grève, en vous lavant l’appareil digestif, passant des saucisses à la soupe de légumes. Sûr que c’est sérieux une grève de la faim, que ça va vous prendre tout votre temps, toute votre énergie, dans votre caravane au pied de la Tour Eiffel. Ben justement, moi, je me propose de te tenir régulièrement au courant de ce qui se passe dans le reste du monde comme il va. Allez hop, je commence…

Si toi et tes potes vous vous êtes « lavés », nous on émerge à peine de nos libations. Figure-toi qu’on est pris d’entrée à la gorge par le capharnaüm ambiant. Attention, ça ne touche pas que les couches populaires ! Les bourses, places fortes de ces milieux financiers couillus que tu détestes tant, hoquètent à qui mieux mieux. -10,11% pour le CAC 40 depuis six mois, dont presque -3% ces 4 derniers jours. Et sur toutes les places pareilles, pas seulement en France. Autre exemple symptomatique : les riches  » »connards » » (l’appellation vient du chanteur Renaud) qui jouent annuellement les sales mômes dans le désert séparant Dakar de Paris, ont fui comme des lapins devant les menaces terroristes d’Al Quaida en Mauritanie. Imagine la tronche de leurs mentors, les organisateurs, les grandes écuries automobiles, qui ont déjà lâché des millions de chez millions dans ce fiasco. La seule chose à laquelle ces pauvres riches s’accrochent, c’est une miraculeuse remontée en puissance de leur évanescente idôle : la croissance. Patatras, le fameux moral des ménages dont celle-ci dépend étroitement, se prend un nouveau gadin en décembre. -29 « en données corrigées des variations saisonnières », ce qui touche à une température carrément polaire (d’avant le réchauffement). Et les maîtres du monde face à cette adversité ? Notre trépidant président à nous est aux abonnés absents. Après des voeux pâteux à ses ouailles, le voilà reparti en vacances (en Jordanie) avec son mannequin. SANS LA PRESSE !!! Les autres ? Des automates détraqués qui procèdent par onomatopées médiatiques incontrôlées. Une ministresse, ni pute ni soumise mais sérieusement sonnée, vient de déclarer qu’elle voterait pour l’opposition en 2012. Et le premier de nos ministres, un entonnoir sur la tête, continue de claironner hagard à qui veut encore l’entendre que  » »la croissance est en bonne voie » ». Jusque dans nos provinces que ça déraille ! En carte postale, ci-dessous, je te laisse un extrait d’un récent conseil municipal à Asnières, ville dirigée par un gangster du nom d’Aeschlimann. (Au mégaphone, deux conseillers municipaux opposants que le maire voulait privé de micro. Un bordel sans nom dont on peut retrouver un résumé plus complet [ici|http://www.rue89.com/2008/01/04/le-conseil-municipal-dasnieres-degenere] ! ///html

/// Mais je te laisse, mon José. Je ne voudrais pas t’encombrer la tête de mauvaise graisse, toi qui en a vidé ton ventre. À la prochaine !

A propos de Pierrick Tillet 3739 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.